Un témoin en Guyane

Un témoin en Guyane

AMÉRINDIENS DE GUYANE Vs ÉTAT FRANÇAIS : UNE OUVERTURE ?

22/08/2014

Un choc des cultures ou simplement besoin de quelques ajustements sociaux ?

Source : France-Guyane

 

 Hier, une délégation de représentants des populations amérindiennes a rencontré le préfet suite à l'intervention de l'ONCFS lors des Journées des peuples autochtones.

143.jpgCoiffés de couronnes réalisées à base de plumes d'aras et de jacquots, des oiseaux interdits à la chasse, cinq chefs coutumiers amérindiens se présentent devant la préfecture. À leurs côtés, d'autres représentants des populations amérindiennes arborent des bijoux confectionnés avec des dents de jaguar. « Ce n'est pas de la provocation. Nous voulons montrer notre savoir-faire et l'importance de cet artisanat pour nous », explique Anne-Marie Chambrier, coordinatrice déléguée de la Foag. Au total, ils sont douze à venir rencontrer le préfet Éric Spitz, après « l'humiliation subie lors des Journées des peuples autochtones ». Cette humiliation, c'est bien sûr l'intervention de l'ONCFS (lire l'article du Témoin le 14 août dernier). Une intervention qui doit être au coeur des discussions de ce rendez-vous organisé à la demande de la Foag et des autorités coutumières. « Il est temps d'ouvrir le dialogue », estime Cécile Kouyouri, chef coutumier du village Bellevue à Iracoubo. « L'écoute du préfet sera très importante. Il doit comprendre que l'artisanat, c'est l'équilibre de notre esprit grâce au travail de nos mains, c'est un temps de repos et de réflexion. Ce n'est pas avec cela que nous allons détruire la forêt. Et ce n'est pas en vendant quelques colliers que l'on va s'enrichir ».

Après une heure et demie de discussion à huis clos, les visages sont plutôt satisfaits. Pour Jocelyn Thérèse, président du conseil consultatif des populations autochtones, « le préfet était à l'écoute » .

Un contrôle « inapproprié »

Pour celui-ci, il existe bien une volonté d'adapter les normes, mais il regrette le manque de sensibilisation de certains fonctionnaires aux spécificités guyanaises. Pour éviter les incompréhensions, « il faut mettre en place un dialogue permanent ». Un dialogue que le préfet semble appeler de ses vœux. Le représentant de l'État rappelle qu'il avait demandé l'arrêt du contrôle de l'ONCFS, un contrôle qu'il juge « pour le moins inapproprié ». « La France sait tenir compte de ses peuples et je crois qu'elle doit en tenir compte à travers ses réglementations », poursuit Éric Spitz qui a proposé à la délégation de l'accompagner dans la préparation d'un déplacement à Paris (encore un qui, s'il est vraiment honnête, ne restera pas longtemps... NdTémoin). « Il y a eu peu d'avancées depuis trente ans. Aujourd'hui, nous avons face à nous un représentant de l'État qui semble être ouvert à la discussion. Il doit y avoir moyen de travailler avec lui », se réjouit Jean-Philippe Chambrier, coordinateur général de la Foag, qui compte maintenant réunir les chefs coutumiers et représentants d'associations amérindiennes. Pour lui, il y a urgence car « une nouvelle génération arrive, qui en a ras-le-bol ». Il s'agit donc de trouver un terrain d'entente avant que certains ne décident de passer à des actes moins pacifiques.

144.jpg

Pour penser plus loin...

Jean Nacis est chef coutumier du village Norino à Macouria. Il n'envisageait pas de se déplacer en préfecture sans sa couronne traditionnelle : « Cette couronne, c'est symbolique pour notre coutume, notre identité. Elle est faite avec des plumes de jacquots et d'aras. Quand un village organise une fête, le chef met ce plumage et tout le village le respecte pour cela. Quand on rencontre une personnalité officielle, nous devons avoir cette tenue traditionnelle. C'est comme l'écharpe tricolore pour un maire ».

D'autant plus que tous nos maires n'achètent pas obligatoirement des écharpes made in France. Nombreuses sont celles qui sont importées du Pakistan (eh oui, source : lefigaro.fr). Quel âge ont les petites mains qui manipulent les fils bleu-blanc-rouge ? Alors, défense des animaux, je veux bien, mais... De toutes les façons, les Amérindiens aiment trop leurs enfants pour les faire travailler.



22/08/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 193 autres membres