Un témoin en Guyane

Un témoin en Guyane

LUTTES AUTOCHTONES : ATY GUASU, MAIS PAS SEULEMENT...

10/07/2015

                       Soulagement pour les deux enfants qui avaient disparu, mais résistance tout de même !

Source : Tereza Amaral

Traduction du Témoin en Guyane 

 

469.jpgCommuniqué de la Cimi

Geremia Lescano Gomes, 14 ans et Tiego Vasques Benites, 12 ans, garçons Guarani Kaiowá disparus depuis le 24 juin, ont été retrouvés jeudi, au bout de deux jours, dans le village indien de Taquapery, dans le sud du Mato Grosso do Sul. Affaiblis, ils ont été retrouvés à 20 km de la reprise de la ferme Madama, tekoha de Kurusu Ambá, point de départ des garçons qui se sont enfuis de terreur pendant que les agriculteurs attaquaient le campement où ils logaient avec leurs familles.

  La Fondation nationale de l'Indien (FUNAI), confirme l'information et fournit déjà une assistance aux populations autochtones qui devraient rester encore quelques jours dans le village de Taquapery pour récupérer de leurs jours de marche, la faim et la soif. 471.jpgSelon les informations recueillies auprès des dirigeants de Kurusu Ambá, tout le monde s’est réjoui de ces nouvelles et tous occupent leurs terres de la ferme Madama, mais les Guarani Kaiowá et ont cruellement besoin d’aides de la part des autorités pour l'attaque dont ils ont été victimes.

 

Lorsque les dizaines de camions ont pris d'assaut le village des Guarani Kaiowá et repris Kurusu Ambá, la ruée a été généralisée. Tirs, incendie des maisons, destruction de biens personnels, camions manœuvrant et poursuivant les Indiens. Dans ce contexte, Geremia et Tiego sont sortis ensemble et sont tombés dans les bras l'un de l'autre. Leur peur un peu dissipée, ils se sont enfuis et se sont perdus. Ils dormaient près de la porte et ont commencé à marcher vers le village Taquapery. 470.jpgSans nouvelles des deux jeunes, la communauté a commencé les recherches le deuxième jour qui a suivi la disparition.
« Après l'alerte, la Funai est allée dans tous les villages de la région et a commencé les recherches. Les parents les ont finalement retrouvés là-bas, à Taquapery. Tous les deux étaient fatigués, sales et n'avaient ni bu ni mangé. « Nous sommes heureux, mais nous voulons savoir qui sera puni pour le mal qu'on nous a fait et quand notre terre sera délimitée », demande l'un des principaux tekoha de Kurusu Ambá.

473.JPG

 

 

Cliquez ici pour visionner une partie des actualités télévisées du Mato Grosso do Sul montrant le climat délétère et violent qui règne sur le terrain : attaque du village par des dizaines de camionnettes, lutte de flèches et bâtons contre de gros 4x4 faisant du rodéo autour du village, etc. 

La revendication gagne... Bientôt l'ensemble des peuples autochtones ?
468.jpgLes Indiens Guajajaras sont restés enchaînés pour la troisième journée consécutive, dans la galerie de la plénière de l'Assemblée législative de Maranhao, à Saint-Louis. Le jeudi 09/07, les députés ont siégé et débattu sous le regard des manifestants
. La plus grande plainte des Indiens est de l'absence de politiques publiques en matière d'éducation. Selon eux, les écoles manquent, les repas et le transport scolaire dans les régions où sont concentrés plusieurs villages de la tribu Guajajara. L
es chefs autochtones disent qu'il n'y a pas eu de position du gouvernement sur leurs revendications. Le ministère de l'Éducation (SEDUC), pour sa part, déclare qu'il a reçu un groupe de caciques Guajajaras, l'impératrice régional de l'Unité régionale de l'éducation à Imperatriz, dans le siège SEDUC à Monte Castelo, le mercredi 08/07, où ont été discutés les actions à finaliser.

 

Consultez ici  les livres dont le Témoin en Guyane est l'auteur !


11/07/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 193 autres membres