Un témoin en Guyane

Un témoin en Guyane

BRÉSIL / DÉFORESTATION ET SÉCHERESSE VONT DE PAIR

14/02/2015

La cinquième méga(lo)pole mondiale a soif !

Pourra-t-elle encore longtemps faire une toilette correcte ?

 

 

328.jpg

Le sud du Brésil souffre d’une sécheresse qui devient chronique. Selon certains experts, c’est une des conséquences de la déforestation de l’Amazonie. Les vents ne sont plus chargés d’autant de pluie. Les villes du sud du pays sont sévèrement touchées.329.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

São Paulo, cinquième mégapole mondiale, dont le nombre d'habitants est difficile à évaluer (environ 19 millions avec les favelas) est frappée elle aussi de plein fouet.

Jeudi 5 février dernier, plus d'un million de personnes sont restées sans eau dans la banlieue de São Paulo après une panne de courant qui a affecté les pompes de distribution. « Ici, jamais personne n'a pensé que l'eau allait manquer, Le problème avec la production d'énergie, c’est un système très dépendant des pluies », explique Edson Carlos, président de l'[nstitut privé Trata Brasil, dédié ã la protection des ressources hydriques. ll critique aussi le gâchis élevé d'eau potable dans tout le pays, avec notamment un réseau d'égouts obsolète nui perd plus de 30% d'eau.

Les autorités rejettent la possibiuté d'un rationnement énergétique mais récemment le ministre du secteur, Eduardo Braga, a appelé la population ä réduire sa consommation, invoquant même la protection divine : « Nous devons compter que Dieu nous envoie un peu d`humidité et de pluie » Sic.

Avant que d'invoquer les forces divines, je vous invite à visualiser la vidéo ci-après :

 


 

À ces problèmes climatiques s’ajoute une gestion anarchique de la ressource en eau. Selon le WWF, les fuites sur le réseau feraient perdre un quart de la ressource. Sabesp, la société gestionnaire, a surtout privilégié ses actionnaires. Durant son contrat, elle leur a versé 1,7 milliard d’euros de dividendes, soit le double de la somme dédiée à l’assainissement.

Mais le gouverneur de Sao Paulo a récemment promis la construction d’une usine de réutilisation de l’eau usée (Ben, tiens... NdTémoin).

 

Désormais, Sao Paulo, le cœur économique brésilien, tout comme 140 villes de sa région sont rationnées. Et la situation va durer. Même si les pluies reviennent, il faudra attendre 2016 pour un retour à la normale.

 Et... la déforestation ?

Connaissez-vous les « Fleuves volants » ?

L'expression désigne les courants d'air humide qui circulent sur la forêt amazonienne. Un phénomène qui génère les pluies sur le sud du continent.

Il s’agit de courants d’air qui se chargent d’humidité au-dessus de l’Amazonie. L’évaporation quotidienne de la forêt est estimée à 20 milliards de tonnes d’eau. Cette humidité, bloquée à l’ouest par la Cordillère des Andes, est transportée vers le sud par des vents de basse altitude. Selon Gérald Moss, ce débit, si on peut dire, est équivalent à celui de l’Amazone, soit 220.000 mètres cubes par seconde !   Ce phénomène de «fleuves volants» est donc fondamental pour le climat de tout le Brésil. Car ils sont à l’origine des pluies qui s’abattent sur le pays. Or, une fois encore, la déforestation de l’Amazonie est une menace. Elle réduit la quantité d’eau liée à l’évaporation des arbres.   La menace concerne tout le sud du continent, Argentine et Uruguay. Selon Gérald Moss, cité par le magazine Géo, «moins d’arbres signifie moins de rivières volantes, donc moins de pluie, plus de sécheresse et un risque plus grand d’incendies de forêt». Le bassin amazonien abrite près de 20% des réserves d'eau douce de la planète.

Encore un clip vidéo, petits veinards !

 


 Juste pour frémir un peu...

331.jpg

 

 

 

 

 

 

 

En novembre 2014, les lacs de barrage étaient au dixième de leur capacité !

333.jpg332.jpg


CQFD !

 

 

 

 

Consultez ici  les livres dont le Témoin en Guyane est l'auteur !


14/02/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 193 autres membres