Un témoin en Guyane

Un témoin en Guyane

Brésil - PETITS ARRANGEMENTS AU MATO GROSSO DO SUL (MS) : la valse des magouilles

05/12/2015

 

Mépris du peuple et contournement de la Loi

Source : Tereza Amara,

(correspondante au Brésil)

Traduction : Joël Roy

 

553.jpg

Les habitants autochtones d'Aty Guasu doivent décidément toujours rester sur leurs gardes. Ils sont conduits par Terena Querema Lindomar, un grand guerrier et un vrai chef qui défend leurs droits dans le MS, au Brésil tout entier et à l’extérieur. Il fait partie de l’organisme de santé publique autochtone dont il est un des responsables.

Dès sa nomination il a commencé à travailler au recensement des demandes des villages. Le précédent directeur a alors entamé une campagne de discréditation, accusant Aty Guasu et ses représentants d’être des fantoches et bien d’autres choses.

Le ministre, après les avoir auditionnés, a démis Lindomar de ses fonctions et rétabli l’ancien directeur.

UMA VERGONHA, UNE HONTE !

 

Une quarantaine de représentants du Conseil de Terena et d'Aty Guasu Guarani Kaiowá ont décidé d'occuper pacifiquement le siège du SESAI (Secretaria Especial de Saúde Indígena), où ils ont été surpris par la police fédérale.

 

Causes et déroulement des faits : après que les villageois aient fait part aux instances du gouvernement fédéral de leur accord sur la nomination de leur chef, le ministre de la santé a aussitôt dénoncé l’acte de nomination de Lindomar et reconduit Hilário da Silva dans ses anciennes fonctions de coordonnateur du SESAI.

Les leaders autochtones appellent donc le ministre de la Santé à leur fournir une explication relative à la révocation de Lindomar Terena à la coordination des SESAI/MS. « Le ministre de la Santé nous a manqué de respect en décidant de dénoncer l'ordonnance nommant Lindomar Terena. Nous demandons à être entendus  dans notre mobilisation pour la sauvegarde de nos intérêts. En conséquence, nous avons décidé d'occuper le siège du SESAI/MS et nous ne partirons pas avant de vor notre décision acceptée. Oui, Lindomar Terena est notre représentant légitime et bénéficie du soutien de la base ».

 

555.jpgL’Indien Kilikili Oho, chef des Aquidauana a déclaré l’occupation effective à compter du 2/12/15 et vise à faire pression sur le ministère. « le ministre traite les autochtones comme des enfants, alors que la nomination de Lindomar est la revendication de toutes les communautés. Un mouvement s’est levé qui est l’expression de tous ».

Kilikili dénonce également le fait que, tandis que se déroulent des querelles politiques, les communautés souffrent par manque de médicaments dans les postes de santé. « Nous manquons de tout.  Il faut de l'argent pour le SESAI ».

Un autre chef, Erpídio Pires, cacique du village Potrero Guasú, a dit qu'ils ne voulaient plus d’Hilário. Pourquoi n'a t-il pas accompli les améliorations espérées pendant son administration ? Il n'a pas répondu aux attentes de la communauté. « Nous espérons que notre réclamation sera prise en compte ».

Par téléphone, Lindomar a déclaré qu’il attendait la proposition du ministre. « C’est un manque de respect pour le peuple. Ceux qui ont lutté contre ma nomination ne pensent pas du tout à la santé des Autochtones, mais seulement à leurs propres intérêts ».

« Nous demandons le retour de Lindomar à ce poste » !

Effectivement, c'est l'un des leurs (NdTémoin).

 

Cliquez ici pour consulter d'autres articles de la catégorie Terres amérindiennes           ou ici : Brésil social

 

 

Consultez ici  les livres dont le Témoin en Guyane est l'auteur !


05/12/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 193 autres membres