Un témoin en Guyane

Un témoin en Guyane

Découvrir : LE SENTIER DIT « DES EMERILLONS »

23/05/2015

 

Pour les graines d'aventurier qui ne demandent qu'à germer...

Source : Parc Amazonien de Guyane

 

 

434.JPG

En 1950, un jeune explorateur français, Raymond Maufrais, disparaît tragiquement en Amazonie, en Guyane française, sur une piste indienne, le « chemin des Emerillons », alors qu'il effectue une expédition en solitaire de l'Atlantique au fleuve Amazone, en passant par les Monts Tumuc-Humac.

Les indiens Émerillon (Teko) ne sont entrés en contact avec les Européens que tardivement, à la fin du XVIIIè siècle. Ils vivaient à cette époque comme de nos jours sur les bassins supérieurs du Camopi, de l'Approuague et de l'Inini, s'avançant même par la Waki et par l'Arawa ou Tampok jusqu'au Maroni. Ces bassins supérieurs étaient reliés par des chemins, tous disparus aujourd'hui, sauf celui qui joint le Haut Tamouri à la Haute Waki, encore connu. Depuis une vingtaine d'années, les Émerillon ont cessé de fréquenter l'Inini et l'Approuague, et leur habitat tend à se réduire au Camopi et à la Waki.

 

Si les Émerillon, comme les Oayana (Wayana), ont survécu jusqu'à nos jours, c'est précisément que les uns et les autres sont restés isolés jusqu'à la fin du XVIIIè siècle, et que le processus s'est déclenché chez eux plus tardivement. La première mention certaine des Émerillon apparaît dans les fonds d'archives en 1731 (in : Les Indiens Émerillons de la Guyane française, par J. Hurault et P. Frenay).

C'est la redécouverte de cette voie à travers la forêt primaire, dite Sentier des Émerillons,

que le Témoin vous propose aujourd'hui, avec un document en ligne sur le site :

http://www.parc-amazonien-guyane.fr/

 


  

Consultez ici  les livres dont le Témoin en Guyane est l'auteur !


23/05/2015
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 193 autres membres