Un témoin en Guyane

Un témoin en Guyane

DEUX JEUNES NÈGRES ACRYLIQUES, nouvelles magiques d'Amazonie

29/10/2017

 

Le magique nous entoure et nous happe

 

12-Deux jeunes Nègres acryliques.jpg

Le magique nous entoure, nous cerne, nous happe…

 

Savez-vous qu’il est possible de vivre plusieurs vies ? C’est pourquoi Epoya, tout comme Edilsony, un Amérindien et un Businenge, en quête d’identité, auront sans doute une deuxième chance. Savez-vous que certains êtres comme Luzia peuvent bouleverser une légende à tout jamais ?

 

Savez-vous qu’il est possible aussi que des objets empreints de magie peuvent changer nos vies comme ces Deux jeunes nègres amoureux figurant sur une peinture dont on croise le regard envoûtant ? ou que cette jeune fille, Janawara, dont on retrouve le corps momifié dans les montagnes, habitées par un puissant esprit, appelle encore à un nouveau sacrifice ?

 

Laissez-vous envoûter par ces récits étranges et magiques. Qui sait combien de secrets enfouis ils révèlent ?

 Que nous apportent les cultures traditionnelles ? Le plus souvent, elles nous laissent à observer une stratégie de croyances et de comportements codifiés qui, pendant plusieurs siècles de pratiques, a élaboré un véritable système de vie sociale et spirituelle. Chez les Noirs Marrons du Plateau des Guyanes, cela s’appelle l'Obia. Il est perçu comme un ensemble de règles en résistance perpétuelle contre l'oppression quelle qu'elle soit, dogme ou écritures.

Ces croyances et ces pratiques sont liées à l'environnement - à la connaissance des pharmacopées locales par exemple -, à une vision d'un monde à désaliéner et à délivrer constamment de la peur, de la honte et du mal sous toutes ces formes. Il s'agit donc bien d'un patrimoine commun.

Il ne reste alors plus qu’à s’interroger sur les contenus de cet héritage. On peut supposer que sont transmises les mêmes valeurs d’entraide et de solidarité intra-communautaire. Elles pourront, par contre, différer d’une société à l’autre : désigner un ennemi, fixer des tabous alimentaires ou des règles régissant mariages ou unions, etc. C’est ce qui définit la culture d’un peuple ou d’une communauté. La langue en est à la fois le conservateur et le vecteur. Mais elle ne suffit pas toujours à la perpétuation de la culture. C’est pourquoi les hommes ont eu, de tous temps, besoin de s’appuyer sur des mythes, souvent universels, et sur les légendes qui les véhiculent, pour garantir leurs savoirs et leurs enseignements : dans les contes et légendes traditionnels, le transgresseur est souvent cruellement puni.

Peut-on se libérer des préceptes venant du passé ? Peut-on s’affranchir du magique qui nous lie à ces enseignements ? Assurément non. L’homme et la femme moderne ne peuvent se couper sans dommage de tout ce que leur apporte l’héritage universel des autres cultures.

 

(Image de couverture : acrylique de Brigitte Day, collection personnelle de l'auteur)

Date officielle de parution :

Salon du livre de Cayenne, 22 au 25 novembre 2017

 

Prix : 9,90 €

Éditeur : Orphie

Collection : Différences

Format : 12 x 20 cm - broché

Date d’office : 4e trimestre 2017

Nbre de pages : 112

ISBN : 979-10-298-0226-3

 

 

Consultez ici tous les livres dont le Témoin en Guyane est l'auteur !


29/10/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 195 autres membres