Un témoin en Guyane

Un témoin en Guyane

GUARANI KAIOWÁ : LA MENACE SE PRÉCISE, LA DÉTERMINATION DURCIT

03/12/2014

La terre est notre mère ; une mère ne se vend pas, ne se négocie pas

Source : Tereza Amaral : Amazônia legal em foco-Tekoha

//odescortinardaamazonia.blogspot.com.br/

 

 

 

274.jpg
Aujourd'hui mercredi pourrait être voté, au Congrès national, deux propositions qui restreignent sévèrement les droits territoriaux autochtones et sont proposées certainement dans le but d'empêcher la démarcation des terres autochtones, la protection des aires protégées et des Territoires du Quilombo.

À la Chambre des Députés, la proposition d'amendement à la Constitution (PEC) 215/2000, présentée par le député Osmar Serraglio, ruralista (PMDB-PR), le 17 novembre dernier, sera examinée par la Commission spéciale qui se réunira à 14:30. Le Règlement de la Commission mixte de la Constitution peut également voter le projet de loi (pas de numéro), qui régit l'art. 231 de la Constitution fédérale, rédigé par le sénateur Romero Juca (PMDB-RR).

Un groupe d'autochtones s'est rendu à Brasilia pour manifester contre les deux projets, mardi et mercredi au Congrès. Dans le groupe sont venu les représentants du peuple Ava-Canoeiro, Apinajé, Krahô, Tapuia, Tocantins Kanela, Xerente et Karajá de Xambioádo.

PEC 215 - Rapport externalisé par l'AIIC
Le ministère public fédéral (MPF) et la police fédérale enquêtent auprès des ruralistas (les grgros agriculteurs) à propos d'une ingérence indue dans la conduite de la PEC. Grâce à des écoutes téléphoniques, le MPF a constaté que Sébastien Ferreira Prado, responsable d'une association d'agriculteurs, a proposé 30 000 $ à l'avocat Rudy Ferraz Maia, lui-même lié à la Confédération nationale de l'agriculture et de l'élevage (CNA) pour préparer la proposition que Serraglio a présentée en novembre, le Comité spécial de PEC 215.
À l'époque, le MPF a proposé au procureur général une éventuelle participation des parlementaires fédéraux afin que les mesures appropriées soient prises. Le régime a été découvert en août, lors de l'enquête à propos d'une organisation criminelle qui faisait du lobbying en faveur de la ré-invasion des terres autochtones du Marãiwatsédéde. Selon le MPF, le groupe a reçu des fonds provenant d'autres États et soutiendrait des actions similaires à Bahia, Paraná, Maranhão et du Mato Grosso do Sul.
À l'époque, la Cour fédérale dans le Mato Grosso a estimé que les 275.jpgfaits constituaient « un dévoiement de conduite de la part du parlementaire ayant rédigé la PEC, et que le parti de l'AIIC est directement intéressé par le résultat de cet amendement ».
Présenté par Serraglio, le nouveau rapport propose une large gamme d'exceptions à la possession et la jouissance des terres par les peuples autochtones, en plus d'empêcher de nouvelles démarcations et de légaliser l'invasion, la possession et l'exploitation des terres indigènes déjà délimitées.
 
PL régulation article 231 : les intérêts privés au détriment du droit autochtone
Le projet de loi complémentaire réglementant l'art. 231 de la Constitution fédérale est signé par le sénateur Romero Juca (PMDB-RR), ancien leader du gouvernement au Sénat, mais qui, selon l'Association des peuples autochtones du Brésil (APIB), aurait été « conseillé » par l'avocat général de l'Union (AGU), Luis Inacio Adams, qui lui aurait suggéré la proposition de classer les exploitations comme zones dans l'intérêt public de l'Union. En conséquence, le projet mentionne que ces zones peuvent être exclues de la définition des terres autochtones si les titres d'occupation (des ruralistas) sont considérés comme valables. Ainsi, le projet transforme l'intérêt public de l'Union en intérêts privés.
En attendant, des manifestants sont regroupés à Brasilia, au Congrès, afin de manifester contre ces propositions considérées comme « anti-indiennes ».
276.jpgSelon l'un des leaders, la Cour fédérale annoncera le 6 décembre la date d'expulsion. « Nous n'allons pas céder à un acte qui vise à nous intimider. Pour nous, seules comptent les menaces que la police fédérale nous envahisse en utilisant des armes et des gaz lacrymogènes. Nous savons déjà tout cela. Ce que nous voulons, c'est entendre quelqu'un qui garantisse nos droits et, comme ce n'est pas le cas, nous nous préparons à résister à toute tentative d'expulsion. Si la police fédérale vient ici, elle devra apporter apportera assez de cercueils pour enterrer tous nos gens, parce que nous allons nous battre jusqu'à la mort  », a-t-il déclaré.

 Sur place vivent 180 personnes, dont la majorité sont des femmes, des enfants et des personnes âgées. Pour essayer de bloquer la tentative d'expulsion, la communauté renforce le mouvement avec plus de 700 Autochtones d'autres états qui commencent à arriver. « Tous les villages envoient des représentants qui sont prêts à se battre. Même craignant le bain de sang que cela peut causer, nous savons que mourir en nous battant pour nos droits [...] est un honneur. Ce mouvement est tout indigène, environ 40 000 dans l'état qui sont unis contre toute attaque », ajoute t-il.

Il déclare que la communauté a commencé le rituel Aty Guasu (grande réunion indigène) qui restera en session jusqu'à ce qu'un représentant du gouvernement se manifeste en faveur des causes autochtones. « L'État du Mato Grosso do Sul est au deuxième rang des décès d'autochtones dans le pays. C'est une honte et personne ne fait rien pour changer notre réalité. Chaque jour, nous perdons de plus en plus de gens qui sont brutalement assassinés ».

Atmosphère tendue

Sur place, le climat est tendu. Selon le porte-parole Elisha, pendant trois nuits consécutives les 23, 24 et 25 novembre, des hommes armés ont fait le siège de la communauté et ont fait feu à plusieurs reprises contre les Guarani-Kaiuás. Les phares des véhicules étaient braqués contre le village, terrorisant la communauté. « Nous avons le sentiment d'être chassés comme des animaux. Ils nous éclairent avec les phares et du feu, et parfois nous tirent dessus. C'est ainsi toute la nuit ».

 


 

 

 

 

 

 



03/12/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 190 autres membres