Un témoin en Guyane

Un témoin en Guyane

GUGUSSE AU PAYS DE L'OR NOIR

08/03/2016

 

Honte et scandale

Sources : http://w ww.lemonde.fr/

http://www.francetvinfo.fr/

 

 

598.jpg

Une fois n'est pas coutume : la Témoin change de continent et vous fait part de son indignation. Indignation devant des pratiques éculées du style "Je déclare la guerre à..." Indignation devant une realpolitik économique qui transforme des états en marchands de mort, qui rabaisse les dirigeants eux-mêmes à mettre genou à terre devant plu riches qu'eux, et à se conduire publiquement de manière inqualifiable.

Par cette conduite odieuse, c'est notre dignité à tous qui est bafouée, notre dignité à tous qui est insultée.

La France entretient des relations très suivies avec l’Arabie saoudite, avec lequel la France a conclu d’importants contrats d’armement (les fameux Rafale, entre autres).

599.jpgLe président de la République française a été « décoré de l’ordre suprême du Royaume » lors d’une de ses visites en Arabie saoudite. L’Agence de presse saoudienne SPA a pour sa part rendu compte de la visite de Monsieur Hollande, signalant qu’elle avait été l’occasion de la décoration du président français.

Réponse du berger à la bergère : La France décore le prince héritier d’Arabie saoudite de la Légion d’honneur !

La décoration s’est faite dans la discrétion. François Hollande a remis, vendredi 4 mars, la Légion d’honneur au prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed Ben Nayef, également ministre de l’intérieur, reçu à l’Elysée. Cette visite, inscrite à l’agenda présidentiel, n’avait fait l’objet d’aucune communication de l’Elysée. Elle a été confirmée dimanche à l’Agence France-Presse (AFP).

Cette décoration n’a pas manqué de susciter de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux alors que, depuis le début de l’année, le régime saoudien a procédé à 70 exécutions, la dernière ayant eu lieu ce dimanche avec la décapitation d’un Saoudien condamné. Le silence de l’Élysée à cet égard a été assourdissant.

L’Agence de presse saoudienne SPA a pour sa part rendu compte de la visite de Monsieur Hollande, signalant qu’elle avait été l’occasion de la décoration du président français.

Scoop : la peine de mort est dissuasive, selon Riyad

Le 2 janvier, 47 personnes ont été mises à mort en une seule journée pour « terrorisme » dans le royaume, notamment le dignitaire et opposant chiite saoudien Nimr Al-Nimr, dont l’exécution a provoqué une crise diplomatique entre Riyad et Téhéran.

En 2015, 153 personnes ont été exécutées en Arabie saoudite, selon un décompte s’appuyant sur des chiffres officiels, un niveau inégalé depuis vingt ans dans ce royaume ultraconservateur régi par une interprétation rigoriste de la loi islamique. Les autorités invoquent la dissuasion pour justifier la peine de mort dans des affaires de terrorisme, de meurtre, viol, vol à main armée et trafic de drogue.

600.jpg     602.jpg

Plus de 70 exécutions capitales – au sabre – depuis janvier 2016 en Arabie saoudite, soit une par jour en moyenne.

Last but not least : l'Arabie saoudite prend la tête d'une instance stratégique du Conseil des droits de l'homme à l’ONU

Faisal ben Hassan Trad, qui représente l'un des pays les plus répressifs du globe, prend un poste-clé en matière de défense des droits de l'homme. Ambassadeur de l’Arabie saoudite à l'Office des Nations unies à Genève, il a été nommé lundi 21 septembre 2015 à la tête du panel du Conseil des droits de l'homme. La publication de sa nomination a immédiatement provoqué la colère des défenseurs des droits de l’Homme. En tête, l'ONG UN Watch, qui juge « scandaleux que les Nations unies choisissent un pays qui a décapité plus de personnes que l'Etat islamique » pour ce poste-clé.

Faisal Trad prend en effet la tête d'un groupe de cinq diplomates, dont le rôle est notamment de choisir les experts chargés d'observer et rapporter les atteintes aux droits de l'homme dans le monde. Or, l'Arabie saoudite a exécuté au moins 153 personnes au cours de l'année 2015, et « détient sans doute le pire des records en matière de liberté religieuse et de droits des femmes », poursuit UN Watch. Les minorités (ethniques, religieuses, sexuelles) et les opposants politiques y sont également sévèrement traités et régulièrement condamnés.

L'Arabie saoudite a longtemps fait campagne pour remplacer l'Allemand Joachim Rücker à ce poste. En mai dernier, un diplomate occidental confiait à La Tribune de Genève : « Si jamais elle y parvient, ce sera une catastrophe pour le Conseil des droits de l’homme. Cela risque de nous renvoyer aux pires heures de l’ancienne commission qui avait sombré dans le discrédit ».

 601.jpg

 

Consultez ici  les livres dont le Témoin en Guyane est l'auteur !


09/03/2016
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 193 autres membres