Un témoin en Guyane

Un témoin en Guyane

INDIENS MUNDURUKU D'AMAZONIE : RÉSISTANCE AUX BARRAGES !

22/02/2015

Les Indiens munduruku contre-attaquent

 

 

341.jpg

 

 

Depuis décembre dernier, la tribu des Munduruku a entrepris de cartographier son territoire ancestral dans le nord de l’Amazonie brésilienne pour le protéger et empêcher sa destruction.

 

Le gouvernement n’a pas accompli cette tâche malgré son obligation légale. Selon la Constitution brésilienne, tous les territoires indigènes au Brésil auraient dû être rendus aux Indiens en 1993.

 

Les Indiens protestent contre une série de barrages (article en anglais) qui doivent être construits sur la rivière Tapajós et certains de ses affluents, l’exploitation minière et l’exploitation forestière sur leurs terres ainsi que l’incapacité du gouvernement à protéger la forêt.

Pour les Munduruku, qui sont au nombre de 12 000 environ, les invasions sur leurs terres et les barrages prévus (article en anglais) signifient la destruction de la forêt tropicale qui leur fournit tout ce dont ils ont besoin. Ils ont récemment déclaré : « Cela représente un nouvel acte de violence contre nos droits, notre forêt et l’avenir de notre peuple ».

Les Indiens ont expliqué : « Nous avons fait pression sur le gouvernement afin qu’il démarque notre territoire durant de nombreuses années, mais chaque fois que nous nous rendons à Brasilia, la FUNAI [le département des affaires indigènes du gouvernement brésilien] invente mensonges et promesses… Nous savons que la FUNAI (la Fondation nationale de l'Indien est l'organisme gouvernemental brésilien qui élabore et applique les politiques relatives aux peuples autochtones) essaie de gagner du temps pour la construction des barrages sur le Tapajós. Nous sommes fatigués d’attendre ».

L’échec du gouvernement à consulter adéquatement les Indiens au sujet des projets de barrages constitue également une violation des lois brésilienne et internationale (clic ! pour consulter notre dossier).

340.jpgLe mois dernier, une délégation munduruku a occupé les bureaux de la FUNAI en signe de protestation contre le projet hydroélectrique et l’incapacité des autorités à reconnaître légalement une partie de leurs terres, connue sous le nom de Sawré Muybu.

Le leader munduruku Suberanino Saw a declaré : « Notre combat est dangereux, mais nous savons que nous irons jusqu'au bout ».

 

 

 

 

Consultez ici  les livres dont le Témoin en Guyane est l'auteur !

 



22/02/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 190 autres membres