Un témoin en Guyane

Un témoin en Guyane

LA PRÉFECTURE DE GUYANE COMMUNIQUE

04/01/2014

Un bilan des plus probants (sic)

 

1 tonne de nourriture et 2000 litres de carburants en fumée (mais pas d'or saisi, NdTémoin).

Intitulé « Un bilan des plus probants à la suite d'une patrouille sur l'Inini », le communiqué de presse de la préfecture envoyé le 24 décembre à la presse se réjouit de « l'intercept[ion] » de « deux pirogues » sur « plusieurs » « signalées » remontant « la rivière Inini à l'Est de Maripasoula ».

 

2-copie-3.jpg

Extrait de carte © Parc amazonien. Infographie © MB.

 

Sur les trois embarcations convoyant du matériel pour des camps d?orpaillage clandestin prises en chasse par les forces armées et la gendarmerie, « l'une d'entre elle coule avec toute sa cargaison ». Les deux autres sont vidées de leur contenu à Maripa-Soula « 1400 litres d'essence, 700 litres de gasoil, 1200 kg de nourriture, 300 litres d?alcool, 1 détecteur de métaux, 1 corps de pompes, 700m² de bâches, 1 congélateur, 2 groupes électrogènes » et le tout « détruit » par les flammes allumées par les gendarmes (et laissé sur place à rouiller dans la forêt, NdTémoin), puisque c'est par le feu âcre et épais que sont réduits à néant les ravitaillements saisis par Harpie.

« Aucun des convoyeurs n'a pu être interrogé par les forces de l'ordre, car ces derniers se sont jetés à l'eau et ont fui dès l'apparition de la patrouille, abandonnant leurs pirogues à la dérive » notent les autorités qui ne manquent pas d'ajouter que « cette action témoigne de l'efficacité des dispositifs mobiles d'interception régulièrement déployés sur l'Inini afin de perturber les flux logistiques qui alimentent en priorité le site illégal d'Eau Claire ».

 

Et tout ça, ça a couté combien aux joyeux tax-payers (nous !) ?

 

Cerise sur le gâteau...

7 ans de réflexion ? (Je cite mon contact Fcbook : Isabelle)


Prefecture.jpg

« Il a fallu attendre 7 ans (et de nombreuses demandes restées sans réponse) pour que la Préfecture de Guyane communique sur la situation de l'orpaillage illégal en Guyane. C'était le 6 décembre 2013 : la presse, les Hurleurs de Guyane, WWF, GNE, la filière minière, étaient conviés par le Préfet, Eric Spitz, pour une présentation du désastreux bilan 2013, présentation effectuée par l'ONF, le Parc Amazonien, les Douanes, la Gendarmerie, le Parquet de Cayenne, la DEAL ».

 

Alors, parce que je vous aime bien, je vais vous en montrer trois pages, parmi les plus drôles. Une à deux lignes de commentaire suffiront à chaque fois.

 

Prefect.1.jpg

 

Quoi qu'on en dise, et quel que soit le niveau de probation des expéditions Harpie, le nombre de sites illégaux a explosé en trois ans.

 

Prefect.2.jpg

 

Ce qui nous donne un total, gendarmerie-forces armées en Guyane confondues, de 2150 journées d'intervention... en 11 mois ! Pour quel résultat ? Vous avez dit probant ?

 

Prefect.3.jpg

 

2009/2011 : +70 heures ;

2011/2013 : +140 heures !

Potentiel de 2000 heures d'hélico, le plafond est quasi atteint.

D'autres chiffres ne sont pas fournis dans le dossier de la Préfecture :

- Coût Harpie : 10 millions d'euros een 2010. Quid en 2013 ?
- Nombre de soldats affectés à Harpie : 400 ; Nombre de gendarmes affectés à Harpie : 170. Au total 570 hommes. Mais en face se trouvent (estimation) au bas mot 15000 orpailleurs clandestins...

 

Entre temps, de 5 à 8 tonnes d'or se sont évaporées avec le mercure dont seul on retrouvera la trace dans la nature. Sachant qu'il faut pour amalgamer l'or multiplier son poids par 1,2 de mercure, ce sont entre 6 et 9,6 tonnes de mercure qui se retrouvent à ruisseler gentiment vers et dans les criques et rivières de Guyane, et quelques tonnes de moteurs de lances à eau, de groupes électrogènes démantelés par nos p'tits gars et laissés sur place en pleine forêt ou au bord des criques.

 

Mais la meilleure, je vous l'ai gardée vers la fin...

Dans la dernière partie, « Les actions de l'État », page Développement de l'écotourisme, je tombe sur ça :

Prefect.5-copie-1.jpg

 

Je rêve ! Le Ministre Montebourg avait donné il y a un peu plus d'un an un permis d'exploitation sur un site, situé à 5 km du village de Saül, à une entreprise appartenant à un escroc, actuellement sous le coup de plusieurs mises en examen. Les habitants se sont réveillés un matin avec des pelleteuses devant leurs fenêtres. Une année entière de luttes, de pétitions, d'alertes etc. pour arriver à ce que le permis soit suspendu ! Car il n'est, à présent, que suspendu...

Décidément, j'adore les politiques et les hauts fonctionnaires,

ils ont un tel sens de l'humour...

 

1.jpg

 



04/01/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 202 autres membres