Un témoin en Guyane

Un témoin en Guyane

LA SAGA DES MINISTRES EN GUYANE, NOUVELLE SAISON : CHRISTOPHE SIRUGUE

16/02/2017

 

« La Montagne d'Or démultipliera la production »... sans blague !
Source : France-Guyane, 13/02/2017

 

 

700.jpg

Lors de sa visite de 48 heures en Guyane, le ministre de l'Industrie Christophe Sirugue a estimé dans un entretien à France-Guyane que le projet de la Montagne d'Or appelle de la part du gouvernement un « soutien actif » mais il ne s'est pas prononcé sur la question de l'exploitation pétrolière dans le département. D'après le journal, il aurait déclaré que, outre la filière bois et celle notamment des énergies renouvelable : « la Guyane présente un fort potentiel de développement pour la construction de drones ».

Voilà une activité qui, n'en doutons pas, sera très certainement très porteuse en termes d'emplois induits (NdTémoin)...

 De larges extraits de l'entretien du ministre avec les journalistes de France-Guyane sont ici reproduits. Il ne s'agit en aucune façon de plagiat, mais cela m'a semblé être le moyen le plus pertinent de faire apparaître le décalage entre la réalité guyanaise et la perception qu'en ont les cols-blancs parisiens.

F.-G. Qu'est-ce que la visite du ministre de l'Industrie, à trois mois de la présidentielle, dans un territoire qui n'a quasiment pas d'industrie, peut apporter ?

 

C. S. L'industrie est au cœur du développement des territoires et il me semble pertinent de venir partager avec les acteurs économiques et institutionnels l'importance de toutes ses filières et leur impact sur l'attractivité du territoire. Je le fais d'ailleurs très régulièrement dans les régions. L'industrie Outre-mer connaît une nouvelle dynamique depuis 2013 (avec beaucoup de mises en examen de chefs d'entreprise... NdTémoin). C'est avec beaucoup d'intérêt et d'enthousiasme que je viens le constater sur le terrain. Je rappelle ici que la Guyane compte plus de 1 000 établissements industriels et que les mines font partie intégrante de mon portefeuille, ce qui justifie pleinement ma présence ici.

[…] Dès mon arrivée au gouvernement, j'ai émis le souhait de me rendre dans les Outre-mer pour y mesurer le potentiel de développement des différentes filières industrielles et rencontrer les acteurs qui y contribuent. J'ai choisi la Guyane, car c'est un territoire dynamique où plusieurs secteurs sont porteurs. Je pense notamment aux filières bois, aurifère, agro-alimentaire, à la pêche, et bien sûr au spatial. La Guyane a beaucoup d'atouts et je suis très heureux de venir les découvrir. Il n'est jamais trop tard pour bien faire, venir promouvoir l'industrie et en favoriser le rayonnement régional est toujours utile. Le gouvernement sera mobilisé jusqu'au terme de son quinquennat (nous aurions apprécié que nos édiles le fussent depuis le début... NdTémoin). Nous travaillons pour l'avenir du pays et c'est essentiel.

F.-G. Quelle est votre position sur l'exploitation pétrolière en Guyane ?

 

C. S. La présence d'hydrocarbures au large de Guyane relève aussi bien de l'intérêt national que de celui du territoire. Les décisions doivent prendre en compte tous les paramètres industriels, financiers, environnementaux, sanitaires, énergétiques.

Aujourd'hui, il n'est question que de permis de recherche qui ont vocation à déterminer les réalités potentielles des zones d'exploitation futures envisagées. L'analyse de ces études permettra de passer ou non à une phase d'exploitation, laquelle est conditionnée à d'autres autorisations. Quoi qu'il en soit, la Collectivité territoriale de Guyane sera partie prenante des décisions.404169_425802420817806_1139784043_n.jpg

 

Voilà qui nous rassure pleinement... Rappelons-nous la désastreuse campagne de 2012 menée au profit de Shell avec les bénédictions des élus régionaux et de la préfecture concernant des forages en grande profondeur au large des côtes guyanaises. N'oublions pas non plus les nombreux points de non-conformité relevés par la DEAL alors... NdTémoin. 

F.-G. S'agissant de la Montagne d'Or, le projet vous semble-t-il opportun ?

 

C. S. Le projet Montagne d'Or fait partie des trois grands projets aurifères avec celui d'Espérance et de Dieu merci dont les dimensions stratégiques appellent de notre part un soutien actif. Non seulement la Montagne d'or démultipliera la production d'or, mais elle créera, dès sa phase de construction, 1000 emplois ; son exploitation représentera 800 emplois sur une période d'au moins treize ans. Enfin ce projet favorise, par ses effets induits, les démarches en faveur de la prévention, la réduction du « travail informel et des pratiques illégales » (traduisez : travail dissimulé. Souhaitons que les pratiques illégales soient poursuivies également chez les opérateurs dits légaux. NdTémoin), la modernisation du secteur minier et son adaptation aux exigences des mines responsables. C'est un projet structurant pour la filière qui doit être mené de manière exemplaire en tenant compte à la fois des impératifs écologiques et économiques. Dans ce domaine, je me réjouis de l'adoption en première lecture de la proposition de loi portant adaptation du code minier au droit de l'environnement. Une proposition très suivie par les députés de Guyane et que j'ai défendue.

D'ailleurs, pour l'exemplarité, on a pu voir un certain nombre de... contre-exemples, comme les agissements du patron de Rexma ou du précédent président de la Fedomg... Et ce ministre voudrait que nous ayons confiance ? Quant aux Majors canadiennes ou russes, tout le monde sait de quoi elles sont capables. Elles envoient leurs engagements par-dessus les moulins comme les péripatéticiennes font avec leurs petites culottes ! NdTémoin trivial.

Christophe Sirugue est arrivé lundi soir à Cayenne. Il était sur le plateau de Guyane 1ère pour le journal télévisé. Mardi matin, il a visité l'entreprise de transformation des produits de la mer Cogumer, à Matoury. Il s'est rendu ensuite au centre spatial où il a assisté au lancement d'Ariane-5, dont la fenêtre de tir s'ouvrait à 18h39. Mercredi, après sa participation à l'Invi-thé-café sur la radio publique, il est allé à la Solam (Caresse guyanaise) à Macouria, puis sur une mine à Saint-Élie, avant de rencontrer les opérateurs miniers en fin de journée à la préfecture, et de reprendre l'avion.

Elle est pas belle, la vie de touriste dans un voyage à thème organisé ?

 

 

 Cliquez ici pour consulter d'autres articles de la catégorie Social et actualité politique 
Consultez ici  les livres dont le Témoin en Guyane est l'auteur !


16/02/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 190 autres membres