Un témoin en Guyane

Un témoin en Guyane

LES PEUPLES INDIENS DU BRÉSIL À L'ONU

01/05/2015

« Nous ne nous tairons pas !...

Source: Tereza Amaral

Traduction du Témoin en Guyane

 

422.jpg

 

Le Rapporteur de l'ONU a l'intention de visiter le Mato Grosso do Sul après les rapports présentés par les dirigeants de Terena et  Cuarani-kaïowá.

 « Nous ne nous tairons pas ! Les gens de mon peuple n'ont pas de terre ! Ils meurent ! Nous voulons la démarcation ! Nous voulons la justice, la paix et la liberté! »

  Son texte est comme une flèche qui frappe en plein dans le mille. Elle y décrit les revendications de son peuple. Ce texte rappelle :

-  que l’on n'arrête pas de réclamer à la Présidente Dilma Rousseff qu’elle respecte sa promesse relatives à la démarcation des terres indigènes (TIs) ;

-  également que cette détermination avait été établie par le gouvernement fédéral mais que sa mise en œuvre reste bloquée par ce même gouvernement.

-  qu’ils ont demandé Justice dans un message envoyé directement à la Cour suprême (STF), dont les ministres-gardiens de la Magna Carta- ont annulé  et rendu erroné le calendrier préalablement arrêté.

-  qu’enfin, afin de parler de paix et de liberté, a été adressée au Congrès National qui veut stopper et tuer une fois pour toutes la loi sur le Droit indigène, reconnu et accepté non seulement par notre Carta Maior (assemblée des chefs et représentants, NdTémoin), mais aussi par des traités internationaux comme l'OIT, une requête lui demandant d'« enterrer » une fois pour toutes le PEC 215.

L'objectivité du message du leader est facilement compréhensible par moi [écrit Tereza Amaral]. Et je précise : le génocide en cours dans le Mato Grosso do Sul, dénoncé de manière exhaustive et au jour le jour sur le blog : l'Amazonie légale en bref (Amazônia legal em foco), en plus des autres médias alternatifs. Les principaux médias étant inféodés à la main de l'agro-industrie et de ses alliés ne laissent aucune place aux dirigeants du Guasu Aty ou à ceux de Terena [pour s’exprimer].

 Nous vivons tous en courant pour ne pas être atteints par les balles, tués par des voitures et les « incidents », le siège par des pistoleiros, parmi d'autres méthodes de mort et de torture. Ils frappent rapidement, comme ils n'hésitent pas à nous le montrer en cas de visite de l'ONU, ou après notre récente particiption à la mobilisation nationale autochtone.

 

La venue de Priscilla Lee, Sonia Guajajaras et Lindomar Terena a déjà fait grand bruit au siège de l'ONU. Le Rapporteur spécial sur les droits des peuples autochtones de l'Organisation des Nations Unies, Victoria Tauli-Corpuz, [a exprimé son] intention de rendre visite aux tekohas (les communautés, NdTémoin). Elle attend « diplomatiquement » une invitation officielle du gouvernement Dilma, non sans avoir souligné l'importance des plaintes déposées auprès de l'instance permanente pour les questions autochtones, qui a débuté le 22 avril et continuer jusqu'à [aujourd’hui], aux États-Unis.

ENCORE !
Un grand guerrier en lutte contre la déforestation de sa terre lâchement assassiné423.jpg

Le corps a été posé hier dans son village. 

l'homme a été abattu dans le dos par des bûcherons employés

par une entreprise illégale de déforestation.

 

 

Consultez ici  les livres dont le Témoin en Guyane est l'auteur !


02/05/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 190 autres membres