Un témoin en Guyane

Un témoin en Guyane

Lire : AMÉRINDIENS DE GUYANE FRANÇAISE: LES OUBLIÉS DE LA RÉPUBLIQUE (1)

30/08/2014

Conditions de vie déplorables, éloignement imposé aux jeunes enfants, destruction de la culture et de l'identité amérindiennes, emprise des sectes...

  

La Guyane est la plus vaste région française. Environ dix mille Amérindiens de différentes communautés autochtones y vivent. Parmi eux, les Amérindiens du Haut Maroni, installés au cœur de la forêt amazonienne, sont victimes depuis plusieurs décennies d’un drame qui se joue dans le silence et l’indifférence. 
Présentation de l'éditeur et commentaire :

151.jpgLa Guyane : le plus vaste département français, un cinquième de la surface de l'Hexagone, 10 000 Amérindiens de différentes ethnies, qui vivent pour l'essentiel au bord des fleuves frontaliers (Maroni et Oyapock) et à l'intérieur du territoire. Depuis plusieurs années, un drame se joue dans le silence et l'indifférence : une épidémie de suicides parmi les jeunes avec un taux vingt fois plus élevé qu'en métropole, et une contamination au mercure due à l'orpaillage clandestin qui provoque une catastrophe sanitaire. Depuis trente ans, la France n'a rien fait pour ces populations : conditions de vie déplorables, éloignement imposé aux jeunes enfants, destruction de la culture et de l'identité amérindiennes, emprise des sectes... L'exploitation clandestine de l'or dans la forêt amazonienne française a des conséquences désastreuses sur l'environnement. De 10 à 20 000 chercheurs d'or clandestins opèrent en Guyane et créent une insécurité permanente que les forces de l'ordre ont du mal à gérer sur un territoire aussi vaste. Pour les populations amérindiennes, la réalité de l'orpaillage, c'est un véritable état de guerre, aggravé par la destruction de l'environnement. Selon l'Organisation Mondiale de la Santé, les Amérindiens du Haut-Maroni sont parmi les plus touchés au monde par la contamination au mercure. Ils s'empoisonnent en consommant l'eau et les poissons des fleuves qui traversent leur territoire. Plus de 25 % des enfants connaissent des altérations neurologiques.

Absence quasi-totale d'infrastructures, d'équipements et de services publics, la République les laisse vivre dans des conditions socio-économiques désastreuses. Lorsqu'elle était députée de Guyane, Christiane Taubira était l'une de leurs avocates les plus acharnées.

Face à cette violence et à des conditions de vie déplorables, la France n’agit pas comme elle le devrait. Elle se contente d’offrir aux Amérindiens, qui ont déjà souffert d’un passé tragique comme d’une acculturation forcée, une nationalité et un drapeau, quelques maigres ressources, mais aucun accès véritable à leurs droits fondamentaux de citoyens français, à la santé et à une éducation respectueuse de leur culture, leur refusant par là-même le droit d’être Amérindiens. C’est un tableau à la fois bouleversant et accablant qui s’offre ainsi au lecteur au moment même où, devant l’indifférence de la France, les Amérindiens ont décidé de porter plainte contre l’État et tentent de mobiliser l’opinion internationale. Fondée sur de nombreux témoignages, cette enquête menée sur le terrain par Yves Géry, Alexandra Mathieu et Christophe Gruner, saisit la réalité dramatique d’un peuple dont la survie dépend plus que jamais de la République.

Ce livre est le premier ouvrage d envergure consacré aux Amérindiens de Guyane française et il devrait provoquer un électrochoc dans l'opinion publique.

 

Les abandonnés de la République :

Vie et mort des Amérindiens de Guyane française

Alexandra Mathieu – Yves Géry – Christophe Gruner

ISBN : 9782226256959

 Éd. Albin Michel

de 22 à 25 €

Parution prévue le 4 septembre



30/08/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 193 autres membres