Un témoin en Guyane

Un témoin en Guyane

MATO GROSSO DO SUL : ILS S'EN PRENNENT MÊME AUX ENFANTS !

»30/06/2015

La lenteur de la délimitation des terres autochtones crée un climat d'instabilité et de violence

Sources : Tereza Amaral

Survival

Photos : Nathaniel Caceres

Fabricio Carbonel

Google

 

456.jpg

Pimenta, (président des droits de l'homme et des minorités de la Commission de la Chambre) déclare : « Je garde l'espoir que les deux enfants autochtones manquants n'ont pas été victimes d'un massacre ».

 

« La lenteur de la délimitation des terres autochtones crée un climat d'instabilité et de violence. En outre, l'impunité pour les crimes commis provoque des cas de violence amenés à se reproduire ».

Au sud ouest du Brésil, des hommes armés ont attaqué une communauté d’Indiens guarani et incendié leur village. Selon les rapports préliminaires, un bébé d’un an aurait succombé à ses brûlures lorsque les hommes armés ont incendié les maisons des Indiens le 24 juin mais cette nouvelle n’a pas encore été confirmée. Les Guarani ont évacué la zone, deux petites filles et un petit garçon sont portés disparus.

Les Indiens de la communauté de Kurusu Amba avaient réoccupé une partie de leur territoire ancestral de manière pacifique le 22 juin, après avoir attendu des années qu’il leur soit restitué. Ils ont été, ce soir là, encerclés par des hommes armés qui, selon un Guarani, ont « tiré des coups de feu au-dessus de [leurs] têtes ». Les éleveurs et les fermiers qui occupent désormais la majeure partie du territoire guarani emploient fréquemment des hommes de main chargés de terroriser les Indiens.

Un porte-parole guarani a déclaré qu’ils réoccupaient leurs terres car « [ils] ne peuvent plus supporter de vivre avec les pesticides et la faim et de devoir attendre que le gouvernement [agisse] ».

De nombreux Guarani sont soumis à des attaques brutales et intolérables en attendant, en vain, que les autorités reconnaissent leurs droits territoriaux. Dans une vidéo fournie récemment par les Guarani, Tupã Guarani, de la communauté de Pyelito Kuê, montre ce qu’il reste de sa maison, après qu'elle a été incendiée par les hommes armés. Il dit que sa famille a perdu tous ses biens.

457.jpgLes Guarani de Kurusu Amba ont subi de nombreuses attaques violentes par le passé. Kurete Lopes, un chef spirituel de 70 ans, a été assassiné par des hommes armés en 2007, tout comme Ortiz Lopes, un autre leader. Osvaldo Lopes a, quant à lui, été assassiné en 2009.

La communauté est encerclée par des plantations de soja. L’utilisation à outrance de pesticides pollue les cours d’eau, sources d’eau potable pour les Indiens.

 Que s'est-il passé récemment ?

Le lundi de la semaine dernière, le 22 Juin, environ 60 indigènes Guarani Kaiowá et, du camp de Kurusu Ambá dans la municipalité de Coronel Sapucaia, Mato Grosso do Sul, ont procédé à la reprise de la démarcation de leurs zones traditionnelles. Ils ont réoccupé la ferme agricole Madama dont ils avaient été chassés etqui fait partie du territoire revendiqué par la communauté.

Peu de temps après, comme indiqué au Conseil indigène missionnaire (CIMI), des hommes armés ont attaqué le groupe. Le ministère public fédéral (MPF), la Fondation nationale de l'Indien (Funai) et la police fédérale ont été déployés. Le mercredi, les éleveurs armés ont attaqué les Guarani Kaiowá, établi un campement et mis le feu à leurs biens. Depuis lors, deux enfants autochtones sont manquants, l'un âgé de 14 ans et l'autre de 12 ans. Il est possible que, terrifiés après l'attaque, les enfants aient fui vers les terres autochtones voisines, cherchant un abri. La plus proche est Taquapery, qui est plus de 20 kilomètres du site de l'incident. Après Taquapery, les distances s'allongent considérablement. Mais les Guarani Kaiowá n'excluent pas l'éventualité d'un enlèvement. Bande Rendy, indigène Guarani Kaiowá a rapporté au rapport municipal Cimi: « Ces enfants disparus connaissent bien la région et devraient être de retour maintenant. La communauté est outré. Je ne peux plus supporter la douleur par les petits qui sont venus. S'ils ont été enlevés, ce n'est pas la première fois. Demandez aux villageois, "ils" prennent toujours des enfants ».

459.jpgLes recherches sont menées par des équipes de la Force nationale, par la Funai et par les Autochtones. Paulo Pimenta (PT-RS), président des droits de l'homme et des minorités de la Commission de la Chambre, est enu enquêter sur les violations causées par les attaques paramilitaires contre les Guarani Kaiowá.

Actuellement, le principal point de tension est à la frontière entre les villes de Aral Moreira et Amambai où, en début de semaine dernière, plus de familles autochtones ont repris territoires traditionnels dans le vieux village Guaiviry. « une nouvelle offensive des groupes paramilitaires peut se produire dans les prochains jours contre ces Indiens », dit Pimenta, très préoccupé par la situation dans son ensemble.

 

« La lenteur de la délimitation des terres autochtones crée un climat d'instabilité et de violence, dit-il. En outre, l'impunité pour les crimes commis provoque des cas de violence amenés se reproduire. Je espère que les deux enfants portés disparus n'ont pas été victimes d'un massacre ».

Après les premières images montrant ce qu'il reste de son village,

écoutez le discours plein de désespoir et de détermination de ce chef Guarani Kaïowá.

 



 

Consultez ici  les livres dont le Témoin en Guyane est l'auteur !


01/07/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 193 autres membres