Un témoin en Guyane

Un témoin en Guyane

MATO GROSSO DO SUL : SITUATION TOUJOURS TRÈS TENDUE

26/06/2015

Le président de la CDHM

(Commission des droits de l'homme et des minorités)

de la chambre des députés enquête dans le mato grosso do sul

 

Sources : Tereza Amaral & Natanael Vilharva Caceres

Traduction du Témoin

 

454.jpgLe député Paulo Pimenta est une fois de plus au Mato Grosso do Sul (MS) pour suivre la situation des Guarani Kaiowa. Ce mercredi, quatre personnes ont été blessées, l'une d'elles étant un enfant, par tir de snipers miliciens au service de l’agro-négoce. La mort de l'enfant a été confirmée. Il y a un peu plus d'un mois, les Guarani Kaiowa avaient dénoncé les situations à risque au député et cette semaine, il revient à un moment critique.

Le député Paul0 Pimenta (PT/RS) fait actuellement remonter les témoignages sur la mort de l'enfant guarani-kaiowá au ministère public fédéral du Mato Grosso.

Aussitôt confirmé ce barbare assassinat, trois adultes sont portés disparus. C'est la première fois qu'un président de la cdhm va dans cet endroit en situation de conflit et de risque de mort. Le député Paulo Pimenta et entouré est accompagné de dirigeants de Aty Guasu. 

Le climat reste tendu dans Kurusu Amba. Selon un dirigeant, le conflit continue avec intensité sur place. Le leader Indien Otoniel Ricardo (aty guasu) est constamment sous la menace de mort de la part d’hommes lourdement armés. Il se trouve cerné et constamment surveillé dans la région d'Amambai.
En savoir plus (mais pas beaucoup) sur l'assassinat récent de l'enfant Guarani Kaiowá

455.jpgLa récente et irresponsable  décision du juge fédéral Fabio Nunes Kaiut, la 1ère Cour de Dourados fédérale, après avoir rejeté la demande de dommages et intérêts moraux collectifs contre le propriétaire de Gaspem, une milice qui tue au service de l'agro-industrie, [bien qu'il soit établi] qu'elle a indirectement entraîné la mort d'un enfants dans la zone reprise à Kurusu Amba. [...] La direction Valdelice Veron (Aty Guasu) maintenant connectée dans la nuit sur Facebook évoque l'assassinat d'un enfant: « lors d'une action contre la communauté autochtone Kurusu Amba, située dans la municipalité Coronel Sapucaia (MS), un enfant est mort dans l'attaque ».  L'attaque en question était encore, en fait, un siège d'hommes armés. Il est encore des détails inconnus sur l'assassinat lui-même. Le corps de l'enfant a-t-il été emmené par les hommes armés comme ils le font habituellement ? L'omission (volontaire ?) de la Police fédérale, également, contribue fortement à la thèse du crime barbare.

 

Consultez ici  les livres dont le Témoin en Guyane est l'auteur !


26/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 190 autres membres