Un témoin en Guyane

Un témoin en Guyane

S.O.S. ATY GUASU, GUARANI KAIOWA

28/11/2014

Des hommes, des femmes et des enfants amérindiens chassés

comme des bêtes par des « cow boys » en 4X4 !

Source : Amazônia legal em foco-Tekoha

//odescortinardaamazonia.blogspot.com.br/

 

 

 La violence ne connaît plus de limites dans les terres volées aux Indiens par l'agro-industrie. Chaque jour, chaque nuit, surtout, apporte son lot supplémentaire de cruauté, montrant d'un côté de véritables tableaux de désespoir, de l'autre un manque d'humanité avéré et des violations flagrantes et répétées des droits de l'homme.
264.jpgAprès la mort de Marinalva, jeune femme de 27 ans violée et victime de 35 coups de couteau (voir notre article du 22/11/2014) et une série d'attaques contre diverses communautés autochtones, des hommes armés reviennent à terroriser le peuple  Ambá Kaiowá de Kurusu, des terres autochtones dans la municipalité de Coronel Sapucaia, à la frontière avec le Paraguay. Alors qu'un ordre de reprise de possession menace de déposséder les populations autochtones de leurs terres traditionnelles, les agriculteurs orchestrent les attaques systématiques sur les terres autochtones, sans intervention de la police fédérale, là où le plus grand nombre de meurtres de dirigeants autochtones a été enregistré.
Pendant trois nuits consécutives, les 23, 24 et 25 novembre, des hommes armés ont mis en place un siège de la tribu Kaiowá et ont commencé à tirer, toute la nuit et jusqu'à l'aube, plusieurs séries de coups de feu contre les Indiens. Avec les phares des véhicules, les hommes armés cernent les positions des communautés autochtones et tirent ensuite des coups de feu. Le leader communautaire, Ava jeguaka Rendy Ju, déclare : « nous sommes chassés comme des animaux. Ils nous éclairent avec les phares et le feu, toute la nuit ».
La communauté de Kurusu Ambá signale que le nombre d'hommes armés et des véhicules en faction la nuit est en augmentation et que chaque jour ils sont plus agressifs. La nuit dernière il y avait plus de dix voitures, tel que rapporté par les Indiens. « Nous craignons pour la vie de nos jeunes, de nos vieux, mais nous crions dans le vide, personne ne nous écoute. Quand nous serons morts, peut-être qu'ils fourniront les cercueils », lache Rendy Ju.    
Si rien n'est fait pour garantir les droits des personnes, nous serons confrontés à un génocide annoncé.

266.jpg

Ce qui devait arriver...

Triste nouvelle... des communautés Aty Guasu, Guarani et Kaiowá de Kurusu Amba exécutent en ce moment un rituel rare et extrêmement lourd : un rituel de résistance et de détermination dans lequel les guerriers se préparent à se battre et à mourir.

Les enfants et les femmes enceintes de Kurusu Amba quittent la communauté et s'éloignent des hommes armés comme de la police. Un leader communique : « après plusieurs nuits de rituels de la résistance, à partir d'aujourd'hui, nous avons reçu une ordonnance définitive de nos chefs spirituels de combattre jusqu'à la mort pour défendre nos terres où nous serons enterrés avec nos ancêtre. Nous sommes tous d'accord pour résister à nos ennemis, pour réagir et lutte pour protéger nos enfants. [...] Il n'est plus temps de renoncer, il nous faut mourir en paix ».

265.jpgLe gouvernement fédéral a déjà averti les juges fédéraux de la Cour suprême. Il semble évident qu'il y aura une confrontation, imminente, et qu'on rencontrera la résistance Guarani et Kaiowá.

 

Tout cela est très inquiétant. Nous savons que les hommes armés enserrent les communautés Kaiowá alors que la Police fédérale prépare des armes lourdes pour attaquer les Indiens de Kurusu Amba. C'est un combat inégal. 

 Le gouvernement fédéral et la justice du Brésil seront responsables du massacre et génocide du peuple Kaiowá Guarani. Ces gens ont perdu tout espoir de voir leurs terres traditionnelles délimitées par le gouvernementdemarcação »).

 

 



28/11/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 190 autres membres