Un témoin en Guyane

Un témoin en Guyane

SUICIDE ET DÉSESPOIR CHEZ LES POPULATIONS AMÉRINDIENNES

29/05/2015

La tendance atteint toutes les régions du monde

Source : Cristina Fontenele

//site.adital.com.br/site/noticia.php?lang=PT&cod=85189

437.jpgUne vague de suicides et d'automutilations chez les populations autochtones a été relevée par l'ONU. La tendance atteint toutes les régions du monde et en particulier, l'Arctique, les Amériques et le Pacifique. Parmi les causes de ces actes extrêmes figurent la crise générée par la suppression des racines culturelles, les conflits fonciers et le déni des droits de l'homme. L'ONU recommande une série d'actions pour faire face à la question.

À l'ouverture de l'Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones, tenue récemment, le secrétaire général adjoint de l'organisation, Jan Eliasson, a déclaré que 2015 serait une année cruciale pour la sécurité et la prospérité des peuples autochtones dans le monde : « Il est maintenant temps que les populations autochtones soient à la pointe d'un programme de transformation qui ne laisse personne derrière ».

Cleber Buzatto, secrétaire exécutif du Conseil indigène missionnaire (CIMI), dresse un bilan positif du forum. Selon lui, qui était présent lors de l'événement, les dirigeants ont eu l'occasion de présenter leurs demandes, résultant en une série de connexions entre les organisations.

Buzatto mentionne que les suicides autochtones sont au-dessus des moyennes nationales et sont un sujet de préoccupation. « Ils sont associés à une condition sociale et culturelle de la vulnérabilité », dit-il. Il souligne que des situations telles que la densité de population élevée, les conflits fonciers et l'isolement de certaines communautés, comme la tribu Guarani-Kaiowá dans le Mato État Grosso do Sul, au Brésil, ont un effet de levier sur les suicides.

438.jpgSelon lui, le Brésil est une situation problématique depuis les quatre dernières années par rapport aux droits fonciers autochtones. « Il y a eu une réinterprétation restrictive des terres traditionnellement occupées par des autochtones », dit-il. Pour lui, les trois pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire) ont favorisé les « attaques » par le biais des instruments administratifs, poussés par l'intérêt économique dans les terres autochtones. Le PEC [proposition de modification constitutionnelle] 215 serait un exemple. Cette proposition tente de doter l'exécutif de la prérogative constitutionnelle de l'Assemblée législative d'autoriser la démarcation des terres autochtones.

439.jpgLe suicide est multifactoriel

Les causes de suicides et l'automutilation sont directement liés à des questions historiques auxquels se heurtent les populations autochtones, comme l'expropriation de leurs terres et de leurs ressources et le déni des droits de l'homme. Les sociologues affirment qu'il ya une perte de « lien sacré avec la terre » ayant généré l'absence d'un lieu d'appartenance. Tout cela, combiné avec la réduction de reconnaissance (demarcação), la perte de leurs moyens de subsistance et de leurs racines culturelles, prouve l'isolement socio-culturel.

C'est comme si l'Indien était dans un no man's land, un lieu où il n'aurait pas sa place dans les négociations entre les cultures originelles et avec la société environnante. Prisonniers d'une crise dans le choix entre tradition et modernité, certains Indiens finissent par fuir leurs tribus à la périphérie des villes. Là ils se trouvent face à l'alcoolisme, à la pauvreté, à la violence et à la discrimination.

Le manque de possibilités d'emploi et de représentation dans la vie politique, ainsi que la reconnaissance de leur valeur génèrent également des niveaux élevés de pauvreté et viennent interférer dans leur structure sociale. Les luttes pour le territoire et les intérêts économiques des propriétaires fonciers sont fréquents. Il ya des rapports de persécution, de torture, d'incendies de villages. Dans ce contexte, le manque d'espoir et de perspectives conduisent au suicide nombre de jeunes autochtones.

Les modes opératoires les plus fréquents sont pour le suicide sont la pendaison ou l'empoisonnement.

 En janvier 2015, la télévision des Nations Unies a produit un documentaire traitant du drame vécu par les jeunes autochtones du Brésil. Voir la vidéo :

Un rapport de l'unicef

Selon le «Rapport suicide chez les adolescents parmi les peuples autochtones », le suicide des jeunes autochtones présente le plus fort taux entre les différents groupes de l'Amérique latine de la population. Les plus élevés sont enregistrés chez les jeunes 15 et 24 ans. L'étude, publiée en 2014, a examiné le suicide chez les autochtones de la Colombie, du Pérou et du Brésil, en particulier parmi les groupes Embera, Awajún et Guarani, respectivement.

L'enquête révèle que, au Brésil, il est estimé que 38% de la population indigène vit dans l'extrême pauvreté, contrairement à 15,5% de la population totale; le taux de mortalité infantile en 2000 était de 51,4 pour 1000 habitants, alors que la moyenne nationale était de 30,1 pour mille.

Au Pérou, les Indiens sont affectés par l'expansion de la culture de la coca, la politique de pétrole et de concessions forestières et par les activités minières. Selon le rapport, il ya des concessions de pétrole de plus de 50 millions d'hectares, soit 72% de l'Amazonie péruvienne des terres allouées par le gouvernement. Les chiffres pour les concessions minières et forestières dépassent 2 millions et 15 millions d'hectares respectivement, et la quantité de terres déboisées dépasse déjà 10 millions.

 

Consultez ici  les livres dont le Témoin en Guyane est l'auteur !

 

 

 



30/05/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 190 autres membres