Un témoin en Guyane

Un témoin en Guyane

CÈ À CAUSE DÉ EUROS !

16/02/2015

La baisse du euro ou la baisse de l'euro ?

De la disparition des liaisons euphoniques

dans la manière de prononcer la langue française

Source : Bertrand Kempf, ancien directeur de l'informatique, AP-HP

 

 

 

335.jpg

 

 

 

 

     Vos ouïes dégustent ?

 

Si la langue française est particulièrement agréable -prononcez (t)agréable- à entendre, c'est grâce notamment à la règle, qui lui est propre, des liaisons (z)euphoniques, qui ont pour rôle d'épargner à nos (z)oreilles les fâcheux (z)hiatus (vous n'êtes pas tombé dans le piège ? bravo ! le h de hiatus est un h muet, pas un h aspiré. Et toc ! NdTémoin). Hélas, cet harmonieux (z)ornement phonétique fout le camp à toutes jambes.

 Déjà, à la fin du siècle dernier, certains jours répartis sur trois mois du calendrier (avril, août et octobre) étaient auditivement pénibles à vivre : le deu avril, le troi août, le di octobre... au total quarante-et-un jours par an.

Avec l'arrivée de la monnaie européenne, la souffrance est désormais  à chaque instant : deu euros, troi euros, si euros, di euros, dix-hui euros, vin euros, cen euros, deux cen euros...

334.jpgLes médecins ont été les premiers à donner le mauvais exemple, réclamant « la consultation à vin euros ». La pub à la radio a suivi ; comme s'u=ils en avaient reçu la consigne, les annonceurs mettent systématiquement devant leurs petits ou gro euros un h aspiré : « pour un (h)euro de plus, la clim, pour deux-cents (h)euros lé airbags ».

De doctes (h)amis, à qui je voulais faire partager ma douleur, m'ont vertement tancé : « Mais enfin, Monsieur le pinailleur, vous devriez savoir que l'euro est une monnaie européenne ; qu'elle ne prend donc pas d's au pluriel, et donc qu'on ne doit pas faire la liaison maltencontreuse que vous réclamez : deu euro, vin euro, cen euro ». J'en suis encore tou interloqué !

Tout cela est faux, archi-faux. Voir le Service du dictionnaire dictionnaire@academie-francaise.fr : L’Académie française rappelle que le mot euro prend la marque du pluriel :  on écrit un euro, des euros (Cf Journal officiel du 2 décembre 1997).

La centième partie de l’euro doit se dire et s’écrire centime (Communiqué de presse du 13  décembre 2001).

La marque du pluriel n’étant pas la même selon que l’on utilise telle ou telle langue de l’Union européenne, c’est la forme euro qui figure sur les billets et sur les pièces. Elle peut être considérée comme un symbole et non comme l’indication de n unités monétaires.

La liaison avec euro est obligatoire comme avec tous les autres noms communs à initiale vocalique.

 Par contagion, tous les mots commençant par une voyelle ou un h aspiré sont menacés.

[...] Au marché ou à la banque, des prétoires aux tribunes, du JT (de vin heures) au confessionnal, à table ou au lit, de sain-Ouen aux Cham-Élysées, lé affreux hiatus sont tou hilares.

Gageons que 98% des locuteurs francophones sont aujourd'hui contaminés. C'est même le cas pour des personnalités de grande culture, mais nous tairons leurs noms. Notons tout de même que, pendant la campagne des présidentielles de 2002, une seule personnalité a su évoquer « le Smic à mille cinq cents (z)euros.

La cause est-elle désespérée ?

Lançons-nous dans un petit exercice idiot. Vous êtes prié de 336.jpgprononcer à haute voix :

«Mettons les points sur lé i : tou à l'heure, pour mon bien-hêtre, je goberai deu œufs et, plu ou moins di hui huîtres à di heures. Au pi-aller, bien hentendu, elle iron au tou-à-l'égout».
Vos ouïes ont-elles salement dégusté ?

Oui ? Ah... merci, merci.

Non ? vraiment non ?

C'est donc que vous êtes un adepte du nouveau français, du français libre, enfin libéré de ses chaînes.

Mille fois zhélas...

 

 

Consultez ici  les livres dont le Témoin en Guyane est l'auteur !


16/02/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 193 autres membres