Un témoin en Guyane

Un témoin en Guyane

AU PÉROU, LA RUÉE VERS L'OR : UNE CATASTROPHE HUMAINE ET ÉCOLOGIQUE

10/12/2014

Pendant la conférence de Lima sur le climat, la catastrophe écologique continue...

Source : AFP

 

 

280.jpg

 

Alors que le Pérou accueille la Conférence de l’ONU sur le climat, la ruée vers l’or provoque une catastrophe écologique dans la région amazonienne de Madre de Dios.

Là où il y a quelques années régnait la forêt amazonienne dans son extraordinaire biodiversité, des plaies béantes apparaissent : lacs regorgeant de mercure, terrains ravagés par les pelleteuses, campements de fortune et leur lot de prostitution et de misère.

 

Au total, près de 50.000 hectares de forêt amazonienne à la frontière avec le Brésil ont déjà disparu.

 

Entre 30 et 40 tonnes de mercure sont déversées dans les rivières chaque année

« Ce qui se passe ici, c’est qu’il y a énormément d’or. Et des gens pauvres arrivent de partout pour le trouver », résume Raul Ramos, un mineur qui travaille dans la zone depuis plus de 10 ans.

281.jpgPour le directeur de l’Institut de recherches de la forêt amazonienne péruvienne (IIAP) Ronald Corvera, soigner cette zone de cauchemar écologique prendrait « au moins 40 ans ». Selon les scientifiques, les forêts d’Amazonie pompent plus de dioxyde de carbone qu’elles n’en rejettent dans l’atmosphère et atténuent le réchauffement climatique.

C’est sur ce thème crucial pour l’avenir de la planète que la communauté internationale se retrouve depuis le 1er jusqu’au 12 décembre à Lima pour la 20e conférence annuelle de l’ONU sur le climat, avant celle de Paris en 2015.

Les campements de milliers de mineurs illégaux installés sur la rive des fleuves sont devenus de véritables villages, des zones de non-droit violentes, où fleurissent les maisons closes et où les étrangers ne sont pas les bienvenus. Dans un des campements, dit La Pampa, le plus grand et le plus dangereux, des bagarres éclatent en permanence pour de l’or ou des femmes.

« Il y a plusieurs morts par semaine, parfois les corps restent là abandonnés pendant des jours. Les gens disparaissent aussi, on les tue et on les enterre », confie un mineur illégal sous couvert d’anonymat.

Impuissantes ou complices, les autorités restent à l’écart du problème

La police choisit de ne pas intervenir, mais aussi se laisse tenter. « Dans une intervention récente, on a mis sur la table 106 kilos d’or pour que la police dégage », ajoute ce mineur.

Du mercure dans le sang

A Huepete, vieux campement minier devenu ville d’une seule rue en terre, les organisations écologistes et la presse tentent de dénoncer la situation. « Contre les orpailleurs illégaux, il n’y a pas de trêve. Les opérations de police se poursuivent », assure pourtant le général en retraite Aldo Soto, un des officiels sur place. « Ce qui a permis des destructions de matériel et des arrestations », ajoute-t-il.

282.jpgÀ Madre de Dios, après la fièvre du caoutchouc, du bois précieux, est venue la ruée vers l’or : « Les gens vivent de ce qu’ils arrachent à la nature », relève Eduardo Salhuana, dirigeant de la Fédération des mineurs de Madre de Dios. Sans doute, avec la Conférence sur le climat, « on va mentir au monde entier parce qu’ici rien n’a changé », déplore-t-il.

En travaillant nuit et jour, les orpailleurs extraient  plus de 40 tonnes d’or par an, selon Raul Ramos, qui raconte que « les mineurs gagnent environ 25.000 dollars par kilo ». Dans cette zone, les réserves d’or sont estimées à près de 500 milliards de dollars, soit 15 fois la dette extérieure du Pérou, selon une étude de l’école de commerce péruvienne ESAN.

Malgré la pollution, la région conserve son potentiel touristique et reçoit quelque 100.000 visiteurs étrangers, attirés par les réserves amazoniennes comme Tambopata.

« L’exploitation minière dans les zones forestières de l’Amazonie n’est pas possible, ce n’est pas compatible », affirme Eddy Pena, directeur de la Société péruvienne de droit environnemental de Puerto Maldonado, capitale de la région Madre de Dios.

Les orpailleurs illégaux, qui utilisent du mercure pour amalgamer les particules, poussières ou paillettes minuscules, en reversent entre 30 et 40 tonnes dans les rivières chaque année, selon le gouvernement péruvien, contaminant l’eau et les poissons. Selon une étude de l’Université américaine de Stanford, les populations autochtones présentent un taux de mercure dans le sang jusqu’à cinq fois supérieur à celui admis par l’OMS.

Le Pérou est le cinquième producteur mondial d’or. Mais selon les autorités, 20 % de sa production proviendrait de mines illégales.

 

 

Consultez ici  les livres dont le Témoin en Guyane est l'auteur !


10/12/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 190 autres membres