Un témoin en Guyane

Un témoin en Guyane

COURRIER D'UNE LECTRICE : MON ROMAN « L'OR DES CRIQUES, MONSIEUR WAGNER »

29/01/2017

 

Parce qu'il n'est pas interdit de tomber

dans le doux piège de la satisfaction...

 

6-L'or des criques miniature.jpg

J'ai reçu hier une lettre qui m'a procuré un plaisir immense.

J'ai reçu une missive qui m'a rassuré sur le fait que je n'écris pas pour rien.

J'ai reçu un mot... une assemblée de mots qui, ensemble, se sont mis à faire sens...

Ni angoisse de page blanche, ni crainte du lieu commun, ma seule interrogation est celle-ci : est-ce que j'écris pour moi, ou est-ce que j'écris pour d'autres, lecteurs inconnus, identifiés ou non ?

La réponse, pour moi, s'impose : définitivement, je n'écris pas pour moi, sinon, quel besoin aurais-je de me faire publier ? Une psychanalyse publique ? très peu pour moi.

Et si ce n'est pour moi, c'est donc pour mon frère. Mes frères, devrais-je dire : les premiers, ceux qui ont besoin de témoignages pour sortir de l'anonymat sordide des situations atroces auxquelles ils peuvent parfois se trouver confrontés, et les seconds, ceux qui doivent connaître et savoir pour accompagner leurs frères dans la résistance.

Les autres, voyeurs et autres curieux de l'exotisme, passez votre chemin.

Monsieur,

Je vous adresse mes plus vives félicitations pour votre ouvrage « L’0r des criques, Monsieur Wagner ». Le tout premier mérite de ce livre est, bien évidemment, d’ordre documentaire, en cela qu’il brosse un rapport particulièrement informé et des plus précis sur une étrange planète, celle d’un département français où des populations aux modes de vie et aux mœurs trop méconnus tentent de survivre dans des conditions des plus « limites »… Une sorte de Tristes tropiques à la française…

 

0553.JPGAu-delà de l’intérêt évident du document, votre livre se signale aussi, et peut-être surtout, par sa qualité littéraire indéniable. Loin des effets de style affectés, vous parvenez, dans la fluidité et une apparente simplicité, par la beauté et la puissance des images, à faire naître l’émotion et à stimuler la fibre sensible du lecteur. Celui-ci se trouve pris et sidéré, comme hypnotisé, dans un univers hors-normes, quasi concentration-naire par la férocité inouïe et l’enfermement implacable des relations humaines qui y prennent place.

 

En contraste avec la dureté, voire l’obscénité de l’exploitation de l’homme par l’homme qui prévalent, les quelques éclairs de tendresse et d’amour qui déchirent les héros nous apparaissent comme des pépites plus précieuses même que les paillettes du fameux « or des criques » pour lesquelles tous vivent et meurent.

 

Avec une indéniable habileté dramatique, vous parvenez à faire du parcours de vie pathétique du héros une affaire personnelle pour le lecteur. Tenu en haleine jusqu’à ce que tombe le couperet des derniers paragraphes, celui-ci finit par vouloir le porter et le protéger de l’horreur récurrente.

 

Ceci explique qu’incapable de m’en détacher, j’ai lu vos deux cent cinquante pages d’une seule traite, en une nuit, ce qui ne m’était jamais arrivé. Du grand art, assurément !

Bien évidemment, je me garderai ici de tout commentaire qui ne saurait être que superflu. J'invite cependant mes lecteurs, mes amis qui n'ont pas eu le temps de le lire, à aller se faire leur propre idée en cliquant sur le lien suivant : //www.un-temoin-en-guyane.com/l-or-des-criques-monsieur-wagner-le-roman

 

Consultez ici  les livres dont le Témoin en Guyane est l'auteur !


29/01/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 190 autres membres