Un témoin en Guyane

Un témoin en Guyane

CYANURE ET MERCURE SONT LES DEUX MAMELLES...

27/02/2014

Quand on voit ce qu'on voit,

et qu'on sait ce qu'on sait,

on a raison de penser ce qu'on pense...

 

 

cyanuremaiouri.jpg

 

 

 

En guise de préambule, permettez-moi de vous présenter une résolution du Parlement européen du 5 mai 2010 sur l'interdiction générale de l'utilisation des technologies à base de cyanure dans l'industrie minière de l'Union européenne...

 

Résolution du Parlement européen du 5 mai 2010 sur l'interdiction générale de l'utilisation des technologies à base de cyanure dans l'industrie minière de l'Union européenne

Le Parlement européen,

- vu l'article 191 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne,

- vu le principe de précaution tel qu'énoncé dans la déclaration de Rio sur l'environnement et le développement ainsi que dans la convention sur la diversité biologique adoptée à Rio en juin 1992,

- vu... Je vais vous faire grâce de tous les « vu » qui font référence à des écrits et règlements qui ne vous diront rien sauf si vous êtes spécialiste en droit intrenational.

A. considérant que les Nations unies ont proclamé l'année 2010 «année internationale de la biodiversité» et invité le monde à agir afin de sauvegarder la diversité des formes de vie sur la terre,

B. considérant que le cyanure est une substance chimique extrêmement toxique utilisée dans l'industrie de l'extraction de l'or, qui a été inscrite sur la liste des principaux polluants à l'annexe VIII de la directive-cadre sur l'eau et dont les effets sur l'environnement ainsi que sur la santé humaine, et, partant, sur la diversité biologique, sont potentiellement catastrophiques et irréversibles,

C. considérant que... Pareil. Il y a quinze « considérant que ». Je vous les épargne.

1. estime que le respect des objectifs de l'Union européenne fixés par la directive-cadre sur l'eau, à savoir l'obtention d'un bon état chimique pour les ressources en eau et la protection de ces ressources et de la diversité biologique, ne pourra être assuré que si les technologies minières à base de cyanure sont interdites ;

2. invite la Commission à mettre en place une interdiction totale de l'utilisation des technologies à base de cyanure dans l'industrie minière de l'Union européenne avant la fin 2011, seul moyen fiable de protéger nos ressources en eau et nos écosystèmes contre la pollution au cyanure générée par les activités minières, et à réaliser parallèlement une évaluation d'incidence ordinaire;

3. prend acte des initiatives prises dans ce domaine dans le cadre de l'Union européenne et des Nations unies et encourage vivement le développement et l'application dans l'industrie minière de solutions de rechange plus sûres, ne faisant notamment pas appel au cyanure;

4. invite la Commission et les États membres à ne pas soutenir, directement ou indirectement, de projets miniers mettant en ?uvre des technologies à base de cyanure dans l'Union européenne, jusqu'à l'entrée en vigueur de l'interdiction générale, et à faire de même dans les pays tiers;

5. invite la Commission à encourager la reconversion industrielle des zones dans lesquelles l'utilisation du cyanure dans l'industrie minière a été interdite, en apportant un soutien financier approprié aux industries vertes de substitution, aux énergies renouvelables et au tourisme;

6. invite la Commission à proposer une modification de la législation en vigueur sur la gestion des déchets des industries extractives tendant à ce que toutes les sociétés d'exploitation soient tenues de souscrire une assurance leur permettant de réparer les dommages causés et de prendre en charge les frais d'assainissement nécessaires pour rétablir l'état écologique et chimique d'origine d'un site en cas d'accident ou de défaillance;

7. charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil et à la Commission ainsi qu'aux parlements et aux gouvernements des États membres.

 

Vous pensiez peut-être que l'Europe existait enfin et que tout danger était donc écarté de ce côté-là ? Que nenni ! Lisez encore (source : tradingsat.com) :

Le premier producteur d'or en Guyane, Auplata, qui a connu hier une séance historique en Bourse après les annonces d'Arnaud Montebourg, a indiqué mardi avoir reçu l'autorisation, de la part de la municipalité de Remire-Montjoly (Guyane française), de construire une unité pilote de traitement de concentrés aurifères utilisant le procédé de cyanuration sur la commune. Ce permis a reçu tous les avis favorables de la part de l'administration (quand on voit ce qu'on voit... NdTémoin).

L'objectif de cette unité pilote, première du genre en Guyane française, est de traiter, de manière centralisée, les concentrés aurifères produits par Auplata par les concentrateurs gravimétriques sur ses différents sites miniers, en les acheminant par voies aérienne, routière ou fluviale selon l'origine de la production.

Cette unité pilote intègrera le tablage des concentrés, ainsi que la lixiviation[1] par cyanuration en cuves agitées des rejets de ce tablage, cette dernière opération n?étant pas réalisée actuellement (Quand on sait ce qu'on sait... NdTémoin).

L'unité pilote sera conçue pour traiter jusqu'à 2 tonnes par jour de concentrés gravimétriques produits par les opérations d'Auplata. Dans un premier temps, cette unité pilote de traitement des concentrés aurifères permettrait d'augmenter la production aurifère actuelle de l'ordre de 20% (Là encore, on nous raconte des blagues ! Il a été reconnu qu'avec deux tonnes de sédiment on extrayait 2 g d'or même avec 20% d'augmentation, cela fait toujours moins de 2,5 g, NdTémoin).

 

Continuons dans la langue de bois, ça laisse les dents rayer le plancher, NdTémoin... L'unité pilote sera ouverte aux autres exploitants miniers qui souhaiteraient bénéficier de ses services. À plus longue échéance, Auplata entend implanter des unités industrielles de plus grande capacité directement sur les sites miniers afin d'accroître plus sensiblement la production d'or.

Les enjeux de cette avancée stratégique sont considérables, tant du point de vue économique que social, et cela au-delà des intérêts d'Auplata puisque ces développements établiront de nouveaux standards pour l?industrie aurifère guyanaise et profiteront à l'ensemble du secteur, souligne le Groupe.

En particulier, cette avancée industrielle majeure pourra bénéficier au vaste gisement minier du projet de la Montagne d'Or sur le site de Paul Isnard dans lequel Auplata possède des intérêts capitalistiques au travers des accords avec NordGold.

Pour Jean-François Fourt, Président d'Auplata, « La mise en œuvre d?un tel procédé permettra également de renforcer l'attractivité de la Guyane française auprès des grands acteurs miniers internationaux ».

Bref... On a raison de penser ce qu'on pense !...


[1] Lavage ou filtrage

 

 



27/02/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 202 autres membres