Un témoin en Guyane

Un témoin en Guyane

MATO GROSSO DO SUL : C'EST AU TOUR DES AVOCATS DÉFENSEURS DES GUARANI-KAÏOWÁ D'ÊTRE HARCELÉS !

10/10/2015

Une escalade de violence

Source : Tereza Amaral

 

522.jpgNous ne pouvons qu'exprimer notre préoccupation concernant le harcèlement subi par les avocats travaillant à promouvoir les droits des peuples indigènes au Brésil. Nous sommes préoccupés aussi par l'escalade de la violence et la criminalisation envers les peuples autochtones dans leur lutte pour voir leurs terres ancestrales reconnues et délimitées. Reitera demande une enquête sur l'assassinat de Semião Fernandes Vilhalva ainsi que la résolution du litige foncier, en cohérence avec les meilleures pratiques internationales recommandées.

Les avocats des droits de l'Homme qui défendent un conseil indigène de Mato Grosso do Sul sont confrontées à des menaces et de harcèlement après des accusations portées contre eux durant le conflit entre les populations autochtones et les propriétaires fonciers.

 

MM. Rogério Batailha Rocha et Luiz Henrique Eloy Amado ont subi un harcèlement constant au cours d'une enquête menée contre le Conseil missionnaire indigène (CIMI) le 24 Septembre 2015 pour avoir prétendument antagonisé le conflit entre les propriétaires terriens et les peuples autochtones dans l'état du Mato Grosso do Sul. Le 8 Octobre 2015, Luiz Enrique Eloy Amado doit défendre son cas contre une éventuelle révocation de son permis de pratiquer le droit.
Luiz Henrique Eloy Amado est un avocat des droits de l'Homme et un membre de la communauté autochtone de Terena. Il a consacré toute sa carrière à défendre les droits des peuples indigènes au Brésil, en particulier les Terena, les Guarani-Kaiowá, Kadiwéu et Kinikinau. Rogerio Batalha est un membre du Collectif Terra Vermelha qui est une organisation civile de l'État du Mato Grosso do Sul qui soutient la lutte des peuples autochtones  pour la préservation leurs terres ancestrales, de leur culture et de leur langue. Il a également été conseiller juridique du CIMI pendant plus de 10 ans. Tous deux s'élèvent contre les intérêts des propriétaires fonciers et de l'agroalimentaire dans la défense des droits de leurs terres ancestrales Guarani-Kaiowá et et contre la campagne visant à criminaliser les peuples autochtones. Les deux défenseurs des droits de l'Homme sont partisans et collaborent avec CIMI. Luiz Henrique Eloy Amado est confronté une éventuelle révocation de son droit de pratiquer le droit en raison d'une plainte déposée contre lui par les propriétaires et les agriculteurs dans le Mato Grasso do Sul, affirmant qu'il ne devrait pas être impliqué dans la bataille juridique pour la démarcation des terres autochtones car il est également membre du communauté indienne. Ils affirment également qu'il a encouragé les communautés autochtones à occuper le terrain litigieux. L'avocat des droits de l'homme a défendu son cas le 8 octobre, 2015 devant l'Ordre des avocats du Brésil.

523.jpgLe défenseur des droits Humains Rogerio Batalha Rocha a échappé de peu à l'emprisonnement après une session parlementaire le 24 Septembre 2015, dans lequel il avait élevé des protestations. À la fin de la session, un parlementaire Mara Caseiro, connu pour son appui aux propriétaires fonciers, fut à l'origine de la création d'une Commission d'enquête parlementaire contre le CIMI). Cette session particulière, a ordonné l'arrêstation de Rogerio Batalha Rocha, qui a été approché par les gardes de sécurité de l'Assemblée législative qui ont tenté de l'arrêter, brisant ses lunettes. Aucune raison n'ayant été donnée pour justifier son arrestation, d'autres législateurs lui ont évité la prison. Le CPI contre le CIMI étudiera le financement présumé et la promotion de l'occupation du territoire, contestés par les communautés autochtones.  

C'est le deuxième fois que Luiz Henrique Eloy Amado doit faire face à une éventuelle révocation de sa licence. Les producteurs ont tenté de révoquer son permis en rétorsion à une plainte déposée par l'avocat des Droits de l'Homme en décembre 2013 alors qu'il tentait d'arrêter une vente aux enchères visant à recueillir des fonds pour soutenir les fazendeiros en litige foncier. La vente aux enchères était appelée enchères Résistance et était destiné à embaucher une firme de sécurité privée pour expulser la communauté indigène des zones en litige ! Luiz Henrique Eloy Amado n'a pu arrêter la vente aux enchères, mais le procès réussit à geler l'argent. Les Guarani-Kaiowá sont entrés dans une bataille juridique de dix ans pour voir leur terre ancestrale reconnue comme telle par la Cour suprême. Bien que ils aient obtenu cette reconnaissance en 2005, une injonction présentée par les propriétaires fonciers paralyse la décision finale. La communauté a récemment pris la décision d'occuper le terrain en litige et la situation devient extrêmement tendue. Le 29 août 2015, le leader indigène Semião Fernandes Vilhalva a été assassiné. Il n'y a eu aucune enquête effective à ce jour, un fait aggravé par une enquête contre le CIMI.
Nous ne pouvons qu'exprimer notre préoccupation relative au harcèlement subi par les avocats des droits de l'Homme travaillant à promouvoir les droits des peuples autochtones au Brésil. Une autre préoccupation est exprimée dans l'escalade de la violence et la criminalisation des peuples indigènes au Brésil dans le cadre de leur lutte légitime d'avoir leurs terres ancestrales reconnues et délimitées.

 

 

 Cliquez ici pour consulter d'autres articles de la catégorie Terres amérindiennes

 

Consultez ici  les livres dont le Témoin en Guyane est l'auteur !


10/10/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 193 autres membres