Un Témoin en Guyane, écrivain - le blog officiel

Un Témoin en Guyane, écrivain - le blog officiel

DE MANAUS À BELEM SUR L'AMAZONE (6)

03/09/2013

Cinq jours et quatre nuits sur le Fleuve-roi

 

Qui n'a pas fréquenté l'Amazone passe à côté de son rêve

 

07-04-14-535-copie.jpg

 

 

 

 

Ce n'est pas sans un peu de vague à l'âme que nous entendons les habituels « Bom dia, café da manha, café da manha, bom dia, bom dia ! » de Domingo, ce matin, dernier de ceux que nous aurons passé à bord.

 

 

 

 

 

Le paysage a changé. Hier, c'était ça...

 

 

07-04-14 538 copie

 

Ce matin, c'est plutôt comme çà :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous touchons donc la zone estuarienne, plus concentrée en population que les nombreux bras du fleuve en amont. L'ïle de Marajo est grande comme la Suisse, ou comme la Belgique et les Pays-Bas réunis et occupe la partie centrale de l'embouchure de l'Amazonie...

07-04-14 547 copie

 

 

 

 

 

 

 

 

L'on dit parfois que, dans la forêt, dès qu'une cabane se construit, une église ou un temple pousse à côté...

07-04-14-554-copie.jpg

 

 

 

Il faut bien admettre que les missionnaires catholiques, jésuites, ont bien fait leur « job » pendant 350 ans. Mais de nos jours, ce sont les protestants, adventistes et autres, qui convertissent les catholiques... Et ne parlons pas de toutes les sectes (pentecôtistes, témoins de jehovah et autres) qui fondent sur les caboclos comme misère sur le pauvre monde...

Les missionnaires modernes auraient-ils des enjeux différents de ceux qui accompagnaient la colonisation ? Mais ceci est un autre débat.

  

Nous tombons tous bizarrement dans une drôle de torpeur, due sans doute à cette vie improbable vécue pendant ces quelques jours passés ensemble. Une espèce de microcosme en mosaïque dont chaque pièce serait composée de quelques personnes, liant connaissance pour se tourner ensuite vers d'autres... des familles se défaisant et se recomposant à l'infini. Bientôt chacun ou chacune retournera à sa vie d'avant.

 

07-04-15-604-copie.jpg

Les conversations se font plus confidentielles, plus feutrées, comme si chaque parole désormais prononcée devenait précieuse, unique...

 

07-04-15-608-copie.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Même les enfants, à bord, semblent mélancoliques...

 

07-04-14-541-copie.jpg

 

Il ne nous reste bientôt plus qu'à contempler le paysage se déroulant de part et d'autre du Nello Correa, imperturbablement.

 

 

Nous aurons tout de même quelques étranges surprises, telles que ce bateau croisé, presque le jumeau du nôtre. Ou bien ce train de péniches, impressionnant, non ?

 

07-04-14-557-copie.jpg

07-04-15-610-copie.jpg

 

Quant à ce jeune homme, que penser de lui ?

Il présente pour moi tous les caractères à la fois que l'on peut rencontrer chez les Brésiliens, tout particulièrement ceux de l'Amazonas et du Nordeste. Ce qui me frappe tout d'abord chez ce garoto, c'est la douceur que son visage envoie. Poussant un peu plus loin l'observation de cette image (le dévisager en direct eut été sans doute malvenu, peut-être mal pris, je l'ai simplement photographié), c'est l'ambiguïté qui en émane qui surprend : on y voit peut-être de la tristesse, si l'on veut... ou plutôt de la nostalgie... et voilà que visage caché de la Saudade apparaît sur fond de selva brésilienne. Mais la douceur du visage est aussi tempérée par la noirceur du regard, ces yeux noirs, pretos, dans lesquels on peut lire la défiance aussi bien que l'invite sensuelle...

 

Vers quelle vie te dirigeais-tu, Menino ?

 

 

07-04-15-621-copie.jpg

Mais déjà c'est le dernier virage de notre bateau, derrière cette pointe que la forêt semble pousser déjà Belem la Belle apparaît timidement, ne se livrant pas tout à fait. Mais le Nello Correa avance toujours, comme le mâle sûr de son fait vers la ville qui d'ici semble encore endormie, dans une brume blanche qui lui fait un drap, dérisoire protection.

 

 

Enfin elle se dévoile et se révèle toute...

07-04-15-623-copie.jpg

 

Fini l'engourdissement des idées, finies les voix tamisées... Chacun s'est paré, préparé, les polos neufs aux couleurs encore vives sont arborés, tout comme les lunettes de soleil, élégantes, qui font partie de la panoplie de celui ou de celle qui retrouve les siens après des semaines ou des mois d'absence. Les lunettes noires brillant au soleil sont le signe de l'aisance que l'on doit à cette absence qui n'était donc pas vaine...

Les sacs sont bouclés, les hamacs restent tendus jusqu'au dernier moment, on attend l'arrivée plus sereinement que de raison.

 

07-04-15-630-copie.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

07-04-15-631-copie.jpg07-04-15-632-copie.jpg

« Adeus, adeus ! » et c'est l'éclatement sans sommation de l'atome qu'était devenue notre fluviale société. Et l'on se quitte, chacun ayant reçu des adresses, des numéros de téléphone que l'on appellera... peut-être, si on ne les oublie pas au fond d'une poche... 

 

J'entends la voix de Cesaria Evora qui, de très loin, me fredonne à l'oreille :

« Saudade, saudade... ».

 

Toutes les images du voyage, intégralement, dans l'album-photos 

 



03/09/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 211 autres membres