Un Témoin en Guyane, écrivain - le blog officiel

Un Témoin en Guyane, écrivain - le blog officiel

LE SANGLOT DE L'HOMME NOIR

04/11/2013

Alain Mabanckou

 

Je suis noir et, forcément, ça se voit.

 

sanglot_homme_noir_maj.jpg

 

 

Du coup, les Noirs que je croise à Paris m'appellent « mon frère ». Le sommes nous vraiment ? Qu'ont en commun un Antillais, un Sénégalais, et un Noir né dans le Xème arrondissement, sinon la couleur à laquelle ils se plaignent d'être constamment réduits ?
J'oublie évidemment la généalogie qu'ils se sont forgée, celle du malheur et de l'humiliation : traite négrière, colonisation, conditions de vie des immigrés...

 

 

Je ne conteste pas les souffrances qu'ont subies et que subissent encore les Noirs. Je conteste la tendance à ériger ces souffrances en signes d'identité.

 

 

 

 Petite citation, au hasard du feuilletage de ce livre :

Le sang est largument fétiche des nations recroquevillées sur elles-mêmes. Il constitue le fonds de commerce des extrémistes qui prônent la préservation de l'« identité nationale ». C'est par le sang qu'on peut qualifier quelqu'un de « Français à 100 % », comme si la nationalité était une question de pourcentage, de dosage de l'hémoglobine. Définir l'homme par le sang, c'est privilégier une vision naturaliste au détriment d'une approche humaniste correspondant plus à l'évolution des sociétés actuelles, ou l'identité est le résultat d'une diversité de cultures. En somme, il y a deux catégories de Français : ceux qui n'ont rien fait pour l'être, et ceux qui ont entrepris les travaux d'Hercule pour le devenir. Les premiers se croient naturellement français. Quant aux seconds, leur appartenance à la nation est en permanence discutée, et il arrive que les lois les mettent dans une situation d'apatrides. Même quand, sur le papier, ils sont bel et bien français, certains regards, sans cesse, s'interrogent sur leurs origines.

Clair et facile à lire, il présente l'énorme avantage de rendre évidente la contradiction inhérente à tout comportement soit de rejet de l'Autre, soit de repli communautaire. Un livre qui rend intelligent... facilement.

 

Consulter la biographie d'Alain Mabanckou ;

Lire l'article de Pascal Bruckner, auteur du Sanglot de l'homme blanc, comme un hommage venu de l'autre côté du miroir...

 

 



04/11/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 209 autres membres