LES FAG : TOUTE UNE ÉTHIQUE ! - Un Témoin en Guyane, écrivain - le blog officiel

Un Témoin en Guyane, écrivain - le blog officiel

Un Témoin en Guyane, écrivain - le blog officiel

LES FAG : TOUTE UNE ÉTHIQUE !

01/05/2014

La Guyane : Personne ne vous croira !

 

Il y a quatre jours : dernière nuit de notre escapade sur la Mana.

14-04-24 055 copie.jpg

 


Nous nous arrêtons au bord de la rivière, chez un Ndjuka répondant au nom de Wani.

 

Étonné tout d'abord, puis au final content de nous recevoir, nous partons poser les filets pour avoir du poisson à manger le lendemain matin. Il faut préciser que la chasse n'a rien donné depuis trois jours, et que son filet lui a été « emprunté » par un visiteur indélicat et anonyme. Tout comme son moteur de pirogue. Comme il nous restait quelques poissons, des oignons et du piment, une portion de blaff lui est proposée, sur laquelle il se jette comme la faim sur le tiers-monde. Visiblement il n'a rien avalé que de l'eau de la rivière depuis trois jours...

14-04-25 005 copie.jpg
 

 

Mais... direz-vous, et les awaras (la pleine saison), et les maripas (la pleine saison, également) ?...

14-04-25 006 copie.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14-04-25 007 copie.jpg

Eh bien justement... voilà. Quelques jour auparavant, pendant qu'il était parti chasser, les FAG, ou les gendarmes (vous savez bien, Harpie et compagnie) se sont arrêtés chez lui avec du matériel et de la nourriture saisis aux garimpeiros. Là, ils ont entreposé tout ça devant chez lui, sur minuscule tranche de sable apparent, et ils y ont mis le feu (fusées pour fondre les culasses de moteurs de pompes, feu au matériel inflammable et aux provisions, alors que lui ou d'autres auraient été heureux de pouvoir s'en nourrir). Oui, mais...

- la berge s'est écroulée sous le poids de la chaleur ;
- les bouteilles saisies (bière et tafia) ont éclaté, interdisant l'accès à la rivière pieds-nus pour se laver...

- Last not least, les flammes se sont propagées jusqu'aux arbres (cajou, palmiers awara et maripa).

 

14-04-25 008 copie.jpgAu-delà de cette vision désolante, Papa Wani  est un chasseur-pêcheur-cueilleur et ne tire donc sa subsistance que de la chasse (aléatoire), de la pêche (il doit racheter un filet, pris moyen 35-40 € au Suriname pour un modèle de base), et des fruits de ses arbres.

Tout au long de la soirée que nous avons passée ensemble, il n'arrêtait pas de répéter à quel point notre arrivée avait été une chance pour lui...

Et pour nous, donc !

14-04-25 013 copie.jpg



01/05/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 201 autres membres