Un Témoin en Guyane, écrivain - le blog officiel

Un Témoin en Guyane, écrivain - le blog officiel

PAROLE, PAROLE...

24/05/2013

Mot-bilisation

contre langue de vipère

 

Comme on pense avec les mots des dominants, plus personne ne peut concevoir la révolte, l'alternative. Quand le capitalisme s'appelle développement, quand l'exploitation s'appelle partenariat, quand l'école garantit la formation des élites des grandes écoles (de commerce bien sûr) et quand les médias recrutent leurs journaleux dans le moule de cette novlangue, de cette pensée triomphante, l'injustice faite au monde et à sa population est perçue et pensée comme naturelle?


pendu.jpgIl y a un vrai problème de langage. Ce langage qui a été corrompu depuis si longtemps par le capitalisme. C'est avec les mots que l'on pense, quand les mots ont disparu, la pensée n'existe plus. L'on pense avec des mots, oui mais quand ces mots sont colonisés par le capitalisme (et plus profondément encore, par le système néo-libéral), on ne pense pas, on récite un catéchisme.


Certains décrivent admirablement l'art de ne rien dire avec quelques mots clés, qui ouvrent des portes ouvertes sur l'abîme d'une pensée morte.

Dans le langage globalisé, il faut tout rapporter à des chiffres, des données monétaires. Le réel n'est compréhensible qu'à travers la langue de la finance. Dette, renégociation, créance, taux d'emprunt, remboursement... Et l'on dit que l'Homme est un loup pour l'Homme ! Mais que mange-t-il donc ?

Il y a un projet dans lair, mais chargé de métaux lourds : un enseignement en langue anglo-saxonne devrait coloniser (mot employé à dessein, ndTémoin) nos french high scools et même certaines de nos universités. Il s'agirait, d'une part d'attirer des étudiants venant de pays émergents qui pourraient alors « avoir le choix » entre la France et l'Anglo-saxonnie pour mener des études efficientes propres à leur garantir de futurs parachutes dorés, d'autre part nos french graduates seraient armés dès le départ pour infiltrer le marché du travail mondial. Quels emplois ? quelles filières ? Mais... économiques et commerciales, my dear !

 

Que deviennent alors la lutte contre les injustices, la révolte contre toutes les relégations, lorsque la langue des décideurs ne possède pas les mots pour cela ? Consolons-nous en se disant qu'il s'agit d'un juste retour des choses : qu'a donc signifié le joli mot de Francophonie lorsqu'il s'est agit, post colonisation, de continuer à imposer la vision des choses et la pensée occidentales principalement aux Africains... mais à d'autres aussi, notamment en utilisant les mots bibliques et évangéliques ? Et que dire d'une Francophonie qui dénie à des milliers d'écoliers, dans certaines régions ultrapériphériques françaises, le droit élémentaire d'être éduqués dans leur langue ?

 

Chassez la p... historique par la porte, elle revient par la fenêtre !

 



24/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 210 autres membres