CONTINUITÉ TERRITORIALE ET ZONE DE NON-DROIT - Un Témoin en Guyane, écrivain - le blog officiel

Un Témoin en Guyane, écrivain - le blog officiel

Un Témoin en Guyane, écrivain - le blog officiel

CONTINUITÉ TERRITORIALE ET ZONE DE NON-DROIT

16/06/2013

Mana : le far, far West...

 

Mana, un bourg où il fait bon vivre, tapi entre rivière, forêt et anciennes rizières.

 

MANA-20LE-20FLEUVE-202.jpg

Seul hic venant troubler cette douceur de vivre : l'approvisionnement. Un marché étique (entre trois et six marchands (qui vendent tous la même chose) une quincaillerie, des épiciers chinois (qui vendent tous la même chose) et... jusqu'il y a peu, une station-service.

Il y a deux semaines environ, la station a fermé. Plus d'essence à Mana, plus d'essence à Awala-Yalimapo. Pour se réapprovisionner en carburant, il faut désormais aller à Saint-Laurent. Cinquante-cinq kilomètres aller, autant retour, chaque plein est donc amputé de son quart ou de son cinquième. Tout cela en utilisant le CD9 avec des tronçons défoncés sur des kilomètres par la saison des pluies.

Bon, nous avons choisi de ne pas habiter une zone urbanisée, nous tenterons de nous faire une raison...

Sauf que... dans ce même temps, cerise sur le gâteau, des grèves perlées sont déclenchées par les distributeurs et gérants de stations d'essence. La vie nous réserve de ces surprises ! L'ouverture des stations est décidée d'un jour à l'autre, tout comme les heures de disposition des pompes. Cela veut dire que je peux faire 110 km A/R pour trouver les deux stations de Saint-Laurent fermées !

Génial, il me reste un petit fond de réservoir, je vais aller faire le plein à Saint-Laurent. Je me tape mes quarante-cinq minutes de route sous la pluie battante, et j'arrive à S.-L.Maroni, but de ma pérégrination : deux stations pour une ville de quarante-mille habitants. Première station à l'entrée de la ville : fermée. Restons Zen. Je me dirige vers la seconde, en passant par le centre-ville à cause de la déviation pour travaux (qui durent depuis des mois et des mois) au début de la route de Saint-Jean. J'arrive chez Total (chez qui je ne vais jamais par hasard) : c'est fermé. Et M...!

Alors, que faire ? il me reste encore quelques gouttes d'essence, peut-être assez pour rentrer à Mana. Mais pas assez pour revenir une autre fois à Saint-Laurent.

Bon Dieu, mais c'est bien sûr ! J'achète un bidon de vingt litres chez un chinois (n'importe lequel, ils vendent tous la même chose) et je saute dans une pirogue qui m'amène « de l'autre côté, en face », autrement dit Albina, au Suriname, où je suis sûr de trouver de l'essence, (environ 1 €/litre, moins chère que celle qui m'est actuellement interdite, à environ 1,70 €/litre). Rajoutez 15 $ Suriname (entre 3,50 € station.jpget 3,80 € pour la pirogue) par plein, et faites la différence...


Une question subsiste : Lorsque les stations rouvriront, lorsque l'État cessera de laisser entraver le principe européen de libre circulation (qui vaut bien pour les poids-lourds, y compris le dimanche, partout en France), n'aurai-je pas la tentation de continuer à acheter mon essence là où elle est moins chère, et disponible, plutôt que de continuer à la payer au prix fort (de plus en plus) et de payer mes taxes en bon citoyen pour un service qui ne m'est pas rendu ?

 

Il y a plus malheureux que nous : les habitants d'Iracoubo (85 km de Mana) doivent aller, depuis la fermeture de "leur" station, à Kourou, à 90 km de chez eux.

 



16/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 201 autres membres