Un Témoin en Guyane, écrivain - le blog officiel

Un Témoin en Guyane, écrivain - le blog officiel

IMPUDEUR, CYNISME OU IGNORANCE CRASSE ?

22/02/2014

Montebourg connaît-il le Code Noir ?

Source : http://www.peuplesawa.com/fr/

 

 

Pour mémoire, rappelons-nous que le ministre de Louis XIV, Jean Baptiste Colbert, est l'auteur du texte juridique le plus monstrueux de l´histoire moderne, à savoir le Code Noir, promulgué par le roi en 1685, deux ans après la mort de son ministre. Si celui-ci a mis des théories détestables en articles, il n'est cependant ni le seul ni le premier à avoir justifié l'esclavage.

 

Code-Noir.jpgAu XVIIème siècle, voyons le cas de Diderot et de Raynal. Malgré leurs belles paroles, ils ne sont pas les derniers à toucher des dividendes sur l´esclavage. Ils montrent par leur pratique qu´on peut pleurer sur le triste sort fait aux esclaves noirs tout en engageant de l´argent dans les compagnies négrières et en touchant des bénéfices. Autre exemple : Condorcet. Réputé pour avoir combattu l´esclavage, il propose pourtant un moratoire de soixante-dix ans entre la date où on décrète que l´esclavage est une monstruosité et le moment où l´esclave va être traité comme un homme. Il demande aussi qu´il y ait quinze ans pendant lesquels le travail de l´esclave dédouanera le maître des frais d´achat et de formation de l´esclave avant son affranchissement. Pour rassurer les maîtres qui s´inquiètent de savoir qui va travailler leurs terres, Condorcet argue que les esclaves affranchis ne savent rien faire d´autre que les travaux agricoles. Les anciens maîtres pourront continuer à les exploiter commodément. Notre grand penseur a l´élégance de leur rappeler que les travaux des champs pouvant être faits par n´importe qui, les salaires y sont beaucoup plus bas que partout ailleurs... Il est pourtant de bon ton de s´extasier sur l´abolitionnisme de Condorcet. Si, au pays des aveugles, le borgne est roi, au pays des esclavagistes en jabot et dentelles, il n´est pas interdit d´admirer la rhétorique retorse de celui qui peste contre l´esclavage, mais demande soixante-dix ans pour l´abolir, qui déclare plus tard, en chorus avec les Amis des Noirs, vouloir la fin de la traite, non celle de l´esclavage, et conclut qu´il serait sage d´affranchir les métis, au sang « rédimé » par le sang des Blancs, et que les Noirs pourront toujours attendre. Condorcet a écrit en 1788 Réflexions sur l´esclavage des nègres . Il suffit de lire.

 

Il y a également la théorie des climats, qui là encore justifie l´esclavage de façon extravagante... Pour Montesquieu, le climat fait les hommes. Les hommes font les lois, mais ils les font en fonction de ce qu´exigent les climats. Il conclut que s´il y a un esclavage naturel, c´est climatiquement chez les Noirs qu´on le trouve. Le gouvernement qui leur convient est la tyrannie, seule à même de les mettre au travail. Pour les climats tempérés, il préconise la République ! La théorie des climats chez Montesquieu et la hiérarchisation des races chez Buffon relèvent de la même logique. Sous l´influence de ces deux critères, les Lumières se fourvoient complètement.

Mains-jointes.jpgEt puis, il y a l'Église... Les hommes d´Église du XVIIème siècle se réfèrent à la Bible pour légitimer l´esclavage. Il y a en effet un florilège de textes bibliques légitimant l´esclavage auxquels hommes d´église et érudits se réfèrent. Les théologiens font grand cas, aujourd´hui, des passages de la Bible où il est question de l´affranchissement des esclaves des Hébreux tous les sept ans (Genèse XVII, 12-13, 23 et 27 ; Exode XXI, 1-21 ; Deutéronome XV, 12-18). En revanche, ils taisent ce passage du Lévitique (Lévitique XXV, 44-66), qu´ils évoquaient alors constamment parce qu´il légitime l´esclavage au sens le plus fort : interdiction aux juifs de mettre des juifs en esclavage, mais ordre aux juifs de se procurer des esclaves, et dans les nations qui les entourent et chez les enfants des hôtes résidant chez eux, qu´ils soient nés ailleurs ou en territoire juif : « Ils seront votre propriété et vous les laisserez en héritage à vos fils après vous pour qu´ils les possèdent à titre de propriété perpétuelle. Vous les aurez pour esclaves. Mais sur vos frères, les enfants d´Israël, nul n´exercera un pouvoir arbitraire. » Voilà pour le principe.

 

Mais quel est le rapport entre la Bible et les Noirs africains ?

L´africanisation de Canaan apparaît comme une autre clé de légitimation. Les origines de la « légende noire » de Canaan remontent à l´époque de Noé. Celui-ci décide, après le Déluge, de planter une vigne. Il en tire du vin, le boit, se saoule, et se met tout nu. Un de ses trois fils, Cham, l´aperçoit ainsi dévêtu. Il rigole et part raconter ce qu´il a vu à ses frères. Ces derniers prennent un voile, vont à reculons vers leur père pour ne pas le voir et couvrent sa nudité. Puis ils lui racontent les moqueries dont il a été l´objet. Noé est furieux. Il décide de maudire Cham. Problème : il l´a déjà béni. Alors il décharge toute sa colère sur Canaan, le fils de Cham. Il condamne Canaan à être l´esclave de ses frères. C´est la première fois que le mot « esclave » apparaît dans la Bible. Une vieille tradition rabbinique, très tôt reprise par les exégètes chrétiens, risque une géographie post-diluvienne de l´éparpillement des hommes sur terre en partant des trois enfants de Noé : aux descendants de Sem (les Sémites), les rives orientales et méridionales de la Méditerranée ; à ceux de Japhet (les Japhétites), les rives septentrionales et occidentales de cette mer ; à ceux de Cham (les Chamites), les terres inconnues de l´Afrique, aussi loin qu´elles s´étendent. Fils unique de Cham, Canaan devient la souche de toute la population noire... Conclusion : les Noirs héritent tout naturellement de l´esclavage. C'est aussi simple que cela, et pour l´exégèse juive et pour l´exégèse chrétienne. Dans cette tradition « blanco-biblique », l´esclavage des Noirs est parfaitement légitimé et la traite apparaît dès lors comme un moyen providentiel de christianisation.

Et l'on pourrait gloser des heures sur la « Sainte alliance » de l'Église, du pouvoir royal et mêmes des philosophes des lumières pour justifier et légitimer l'esclavage. La controverse de Valladolid n'a rien inventé. Elle a simplement mis en lumière la noirceur des pouvoirs temporels, y compris celui de la papauté.

 

Et quant à se réjouir du retour du Colbertisme (« Le colbertisme est de retour et c'est un bien »), Monsieur Montebourg se fourvoie. Il sera en Guyane le 2 mai prochain.

Un commentaire, Madame Taubira ?



22/02/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 211 autres membres