Un Témoin en Guyane, écrivain - le blog officiel

Un Témoin en Guyane, écrivain - le blog officiel

RETOUR EN GUYANE (2)

29/08/2012

Une infinité de plaisirs minuscules...

 

Il fallait bien que cela arrive, c'est arrivé. Je suis revenu en Guyane.

11-03-07-006-copie.jpg

Tout d'abord, j'y ai trouvé les habituels petits dérangements liés à une absence trop longue (trop longue ? Pour qui ?...). Jugez-en :

D'abord, téléphone coupé donc plus d'Internet. Et pourtant, j'ai payé mes quittances, tout ça m'est prélevé automatiquement !

Ensuite, pas de télé. Vous me direz : "On peut vivre sans ». Certes, mais cela procédait après cette longue absence d'un mutisme trop silencieux... et peu accueillant

Puis la voiture, batterie à changer, climatisation défaillante. Là encore, vous me surprendrez : « On peut rouler les vitres ouvertes ». Certes encore, sauf que quand il fait 50° dans une voiture garée devant son lieu de travail, on aime bien passer vite de 50 à 28° en roulant vitres fermées, alors que, toutes vitres ouvertes, on passe -lentement- de 50 à 40°. Vous aurez sans doute le mot de la fin : «Vous l'avez voulu ! ». Ouaip.

 

Ensuite, il y a cette infinité de plaisirs minuscules mais qui vous remuent énormément, profondément : les amis que l'on retrouve, après ces mois d'absence qui auraient pu devenir éternelle absence...

Aude, ma copine-voisine-collègue, gentille créole qui s'est magnifiquement occupée de moi pendant mes ennuis de santé ;

Gé, mon frère de Mama Bobi, préfaceur de mon deuxième ouvrage à paraître, mon accompagnateur iconoclaste dans nos combats pour l'inter-culture et la prise en compte de la langue maternelle dans les apprentisssages scolaires des enfants ;

Chris, superbe sculpteur dont les oeuvres sont toujours aussi étonnantes, et ses frères ;

Gerrard et Zanettie, nos deux amis-enfants-protégés-adoptés Saamaka et leurs dix enfants... Dont Delphine qui a reconnu le bruit de la voiture avant même de m'avoir aperçu ;

11-03-08-004-copie.jpgToi aussi, Sandille, jeune homme Saamaka « civilisé, mais qui garde sa culture » comme tu aimes à te décrire toi-même. Tu m'as fait le grand plaisir de m'appeler ce matin au téléphone. Ce soir nous avons discuté, deux cannettes achetées chez le chinois à la main, assis au bord de la Mana, sous le soleil couchant. Tu m'as appris la naisance de ton fils premier-né. Bienvenue à ce tout-petit sur la terre des hommes et merci à toi pour ce moment de partage.

 

Mais... Un seul être vous manque et tout est dépeuplé... Ma bulle de vie reste malgré tout à moitié vide. Un mois encore et les deux moitiés d'orange s'apparieront de nouveau...

Le soleil est couché, à présent. Il fait nuit noire, une nuit infiniment peuplée des crissements, frottements, stridulations, clapotis et autres sonorités offertes par les créatures nocturnes. Douce nuit, belle nuit...

 



29/08/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 204 autres membres