Un Témoin en Guyane, écrivain - le blog officiel

Un Témoin en Guyane, écrivain - le blog officiel

Lire : NAGER AVEC LES PIRANHAS, Michel Onfray

19/12/2017

 

Carnet guyanais

 

255.jpg

 

 

Michel Onfray s'est enfoncé dans la région de Guyane sur le Haut-Maroni, là où vit le peuple amérindien des Wayanas. Cette population, installée sur les rives du Maroni ou de ses affluents, est menacée de destruction par la pénétration des instruments de la modernité occidentale.

 

 

Dans cet immense territoire, la France impose une loi jacobine qui ne correspond à aucune réalité locale. Ainsi, les peuples dits premiers sont, par la faute de l'électricité, d'internet, de la télévision et du centralisme républicain, devenus des peuples derniers. Ils ont parfois perdu jusqu'à la mémoire de leurs pratiques de pêche et de chasse. Le phénomène des suicides d'enfants qui se multiplient là-bas en est une des terribles conséquences.

 Avec cet ouvrage, Onfray s'essaie à la discipline anthropologique et commence directement par un propos polémique :

« Ce que l'on trouve dans un voyage est toujours ce que l'on y met. Les ethnologues n'échappent pas à cette règle bien qu'ils recouvrent leur subjectivité avec un mille-feuille théorique. […] Un Blanc qui vit dans une tribu peut bien se faire initier, changer de nom, porter le costume de la tribu, se plier aux us et coutumes de sa nouvelle communauté, il reste blanc - un Nègre blanc [ou un Indien blanc] certes, mais un Blanc quand même... Une âme ne s'échange pas, une âme ne se pénètre pas, une âme ne se comprend pas. Dans l'idéal, il faudrait se contenter de vivre en compagnie de cette âme et taire ce que l'on croit savoir. Mais l'idéal n'est pas de ce monde ».

 

On peut être d’accord ou pas… Par ces considération, Onfray dénonce l'approche dominante qui pourrait laisser à entendre que l’anthropologue peut pénétrer l’âme de l’Autre et la comprendre et connaître de l’intérieur. Il développe au contraire l'idée que celui-ci est un écrivain et que ses productions sont des interprétations d'interprétations élaborées à partir de ceux qu'il étudie, bref des constructions émanant de cerveaux exogènes.

Ce qu’Onfray traite essentiellement ici c'est l'occidentalisation rampante qui « putréfie par ses névroses les sociétés premières ». Il ne cherche donc pas à retranscrire ce qu'il aurait compris de l'« esprit Wayana » mais dresse la chronique d'un peuple qui perd tout repère identitaire et toute dynamique de survie dans sa soumission au soi-disant « devoir des races supérieures de civiliser les races inférieures » si cher à Jules Ferry.

 

Il me faut ajouter ici qu’en tant que Témoin mes observations concordent avec celles d’Onfray et que mon « diagnostic social », à l’image du sien, est d’une grande tristesse.

De quelle manière peut-on installer une éthique sur le terrain de l'esthétique ? Quelle place laisser à Dionysos dans une civilisation tout entière soumise à Apollon ? Pour résumer, doit-on penser en artiste ou en militant ? les deux sont-ils compatibles ?

 

Ah, oui, une dernière interrogation me taraude l’esprit : comment est venue à Onfray l’idée que les Wayana portent un étui pénien sous leur kalimbé ? Extrapolation, croyance ou observation directe ?...

759.jpgNager avec les piranhas, Carnet guyanais

Michel Onfray

 

 

 

 

88 pages

Editeur : Gallimard, 2017

Collection Blanche

Langue : Français

ISBN : 9782072723100

Prix indicatif : 12 € 

 

Cliquez ici pour consulter d'autres articles dans la catégorie livres 
Consultez ici les livres dont le Témoin en Guyane est l'auteur !


19/12/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 209 autres membres